Collection Scentsy printemps-été 2017

Comme indiqué dans le titre, je souhaite commenter la nouvelle gamme de parfums proposée par Scentsy pour les beaux jours de 2017. Vu la météo très clémente des derniers jours, je me lance pour vous présenter toute cette nouvelle gamme. Je ne reviendrai pas sur la description que j’ai déjà faite sur les cires Scentsy, je vous renvoie à mes autres articles sur ce sujet: que ce soit en termes de composition, de mode d’emploi ou d’avis général sur cette marque américaine.

Sortez vos bavoirs et serviettes, cette sélection se déguste plus de façon culinaire qu’olfactive! L’article risque de vous donner faim… vous serez prévenus!

collection 2017 Scentsy

D’ailleurs, preuve de cela, un petit « racloir » faisait partie du colis… autant pour retirer la salive aux commissures de vos lèvres que pour laver mon brûleur.

Comme les fois précédentes, je dois ces différentes cires à Pascal Messina qui me les a généreusement transmises pour que je puisse vous faire part de mon avis. Si vous souhaitez le contacter, vous pouvez visiter sa page Facebook ou son blog. Je compte vous les proposer dans l’ordre du catalogue pour que vous puissiez vous y repérer plus rapidement et facilement. L’information intéressante à connaître pour aborder ce panel et de comprendre que la note clé choisie par Scentsy en 2017 est la canne à sucre. Pour commencer et pour faciliter la navigation das l’article, voici le descriptif du contenu:

  • Atlantic air: un voile raffiné de brise océanique, de sel de mer et d’orchidée blanche
  • Coconut flan: beurre fouetté enrobé de poudre de cacao et de crème de noix de coco
  • Forest wildflowers: le néroli et la sauge de montagne chevauchent une brise de vétiver
  • Custard apple: l’ananas, la canne à sucre et la mangue capturent l’essence de la tarte aux pommes
  • Bright and cheery: un mélange crémeux et sucré de citron, de canne à sucre et de beurre de karité
  • Kiwifruit: tarte sucrée à la grenade avec des pointes de kiwi et de la canne à sucre
  • Aloha citrus: une vague fraîche de mandarine, de fleur de jade et de vétiver
  • Flower child: des baies rouges disposées par-dessus un gardénia sauvage et du bois de santal
  • Lime & sugarcane: citron vert et canne à sucre rafraîchis par une note de menthe gelée
  • Lemon sorbet: citron fraîchement coupé et zeste de pamplemousse adoucis par la canne à sucre
  • Sheer woods: une tendre feuille de violette, du bois de santal pur et du bouleau blanc
  • Starfruit & pear nectar: des explosions de carambole, de canne à sucre et de tangelo
  • Strawberry swirl: des fraises givrées fouettées avec du lait mousseux et de la vanille
  • Passion fruit colada: le melon miel et les fruits de la passion rehaussés de la canne à sucre
  • Lemon thyme berry:  limonade pétillante et de la fraise, saupoudrés de thym broyé
  • Pistachio ice cream: crème de pistache et noix de coco garnis de meringue à la vanille
  • Mariposa lily: la tulipe de maripoza fleurie avec de la pomme sucrée et des tranches d’ananas
  • Sweet amber & freesia: des couches croustillantes d’éclosion de verveine, de frésia et d’ambre douce
  • Summer soleil: ananas et lait de coco recouverts de chamallows à la vanille soyeux
  • Summer sunshine: ananas et noix de coco qui se prélassent dans un éclat de mandarine chaude

Si une des senteurs vous plaît, je vous indiquerai juste que pour 74g de cires parfumées dans cette senteur il vous en coûtera 7,75€.

Je vous livre cette sélection sur un plateau, et attendez-vous à avoir consommé votre ration de cinq fruits par jour avant la fin/faim de cet article.

Je change un peu ma façon de faire par rapport aux articles précédents. Je ne commenterai pas les descriptions de Scentsy et ne vous donnerait pas mes propres goûts. Juste mes impressions en termes de senteur. Si vous souhaitez le détail de mes goûts, je reviendrai dans un autre article pour ne pas mélanger ce qui relève de mes goûts propres et de mes avis sur la façon dont les senteurs ont été composées.

Atlantic air de Scentsy

C’est une odeur digne d’un bon produit de nettoyage ou d’une lessive de qualité qui voudrait se doter d’une touche marine. C’est l’odeur de propre que les américains aiment tant, mais allégée par des notes salées. Cette senteur ne possède pas le côté acre de certaines lessives, c’est salé et sucré à la fois, propre et très légèrement caramélisé (comme cette odeur de barbe à papa que l’on retrouve dans certaines compositions). Non, vous n’aurez pas l’impression d’être face à l’océan et de prendre une rafale d’air du large. Je ne perçois aucune touche fleurie dans cette cire.

Coconut flan de Scentsy

C’est une odeur de beurre. Avec du beurre. Mais aussi du beurre. Et encore… du caramel. Je trouve que c’est une odeur très semblable à celle dumaïs soufflé de Salt City. De la noix de coco? où ça? Oui, après quelques minutes au chaud, une très légère odeur de noix de coco râpée, grillée à la poêle. Du cacao? aussi discret que la noix de coco, d’ailleurs, le parfum me fait davantage penser à un lait chaud de chocolat blanc avec quelques copeaux de chocolat blanc qu’à un flan à la noix de coco…

Forest wildflowers de Scentsy

Il s’agit d’une senteur très verte et très chimique. C’est la « fraîcheur alpine » que l’on retrouve dans certains produits d’entretien. Tout de suite la sauge prend le premier plan avec d’autres notes très vertes. Il est très difficile du fait de la virulence de cette senteur verte de définir quels sont les autres parfums/végétaux qui constituent cette cire. Le fond est boisé et rappelle l’odeur de sous bois et de mousse. L’ensemble reste vraiment synthétique et offre un prolongement de l’odeur de propre que vous pouvez retrouver après avoir fait le ménage avec un produit d’entretien aux mêmes notes.

Custard apple de Scentsy

Une odeur de bonbons! Vous connaissez ces bonbons pétillants à la pomme ou alors ces fils de scoubidous verts? Il s’agit exactement de cette odeur pétillante et régressive de pomme chimique! L’illusion créée est tellement complète que je suis bien incapable de déceler les autres notes de la composition. A chaud la senteur se complexifie un peu et laisse émaner des parfums plus exotiques, je pense à du fruit de la passion entre autres.

Bright & cheery de Scentsy

Il s’agit d’une cire parfumée qui fait la part belle aux agrumes, principalement au citron. La composition du parfum est très simple, se veut à l’image d’une citronnade: acide et sucré tout à la fois. L’odeur est celle du citron que l’on retrouve dans les jeux pour enfants, ceux qui visent à faire découvrir des senteurs en proposant des tests dans de petits flacons. Le fond du parfum est composé d’une odeur crémeuse un peu âcre pour conférer un petit quelque chose de complexité.

Kiwifruit de Scentsy

Cette senteur est plus légère que les précédentes bien présentes et assez verte, façon jeunes pousses dans ses notes de tête. Le rendu est celui vert et sucré de la sève que l’on peut retrouver au printemps en brisant certaines tiges. C’est vraiment un parfum discret, assez sucré et acidulé.

Aloha citrus de Scentsy

Voici une autre odeur citronnée, dans une gamme radicalement différente. C’est citronné et plein de mandarine. Cela me rappelle un gel douche aux mêmes notes chez Lush ainsi que leur savon de Pâques d’il y a deux ans. Cette cire parfumée se veut assez festive et appelle l’été, c’est une composition qui rappelle les senteurs de bougies qui sortent à cette période, notamment à allumer en plein air lorsque les rayons du soleil disparaissent.

Flower child de Scentsy

Une autre odeur très douce, sucrée, propre et qui se veut réconfortante. La note propre est créée en faisant allusion à des parfums de fleurs blanches. On retrouve ensuite des notes très légèrement boisées derrière l’évocation du sucre et des pétales de fleurs. Je ne reconnais pas les baies rouges à proprement parler, elles sont sûrement la source de ce parfum sucré. On imagine facilement ce genre de senteurs dans un magasin de vêtements pour petites filles ou chez Repetto…

Lime & sugarcane de Scentsy

Une autre odeur très citronnée, bien différentes des précédentes. Elle se veut plus vive, moins acide, plus pétillante et plus exotique sans avoir recours à des fruits tropicaux. Ce sont principalement des notes de citron vert, qui cherchent à rappeler le souvenir du Mojito et que complètent les notes fraîches de la menthe. Une recette habituelle,  bien exploitée dans ce cadre qui fait la part  belle à la fraîcheur de la menthe, sans trop rappeler son origine chimique. Un parfum frais et bien exécuté.

Lemon sorbet de Scentsy

continuons avec le citron… davantage mis à l’honneur que le sucre de canne finalement! bien que celle-ci soit présente dans la composition. Je trouve que le titre de cette cire parfumée représente complètement l’évocation qui surgit à la fonte de cette dernière. Je vois sous mes yeux, un citron givré, tel que j’aime le déguster au coeur de l’été. Le citron est à la fois très acide et très sucré, l’équilibre est trouvé. Si vous aimez les sorbets au citron, et que cela vous plairait que votre intérieur exhale ce parfum, n’hésitez plus vous ne pouvez pas faire d’erreur.

Sheer woods de Scentsy

Voici une cire parfumée aux notes toutes douces et assez discrète. Les deux éléments principaux de la composition sont les touches boisées et le parfum facilement reconnaissable de la violette. Celle-ci est assez réaliste et bien coordonnée aux notes de bois que l’on perçoit. L’atmosphère créée est cohérente et le résultat assez chaleureux. L’ensemble n’est ni masculin ni féminin, l’équilibre est trouvé et jamais sucré en excès. Une jolie référence pour la mi-saison.

Starfruit & pear nectar de Scentsy

Tout au contraire de la cire précédente, celle-ci s’avère très sucrée et joue sur l’aspect très fruité et débordant de calories. La création très crémeuse et toute fruitée offre certaines touches vertes dans cette débauche de fruits tropicaux. Pour vous donner une idée du ressenti, imaginez-vous avec l’odeur de feuilles de palmiers et une composition de glaces pleines de boules parfumées à plein de fruits tropicaux ou estivaux. Je ne vous dirai pas que l’effet est naturel, mais toutes les glaces qu’on vous sert sont-elles réalisées par des artisans avec des matières premières fraîches? Si ce type de senteurs vous plaît, vous ne serez pas déçus.

Strawberry swirl de Scentsy

Je perçois à la fois des notes de fraises, de framboises et de rhubarbes dans cette réalisation. C’est ultra crémeux, ultra sucré, un véritable bonbon comme on en trouve outre Manche. Cela me rappelle, qu’on trouvait sous nos latitudes, les sucettes bi-goût à la vanille et à la fraise. C’est la même senteur, encore plus crémeuse et gourmande. A chaud, la vanille prend le dessus pour casser le côté chimique de la fraise artificielle, on retrouve ainsi complètement ces souvenirs d’enfance. A recommander aux nostalgiques!

Passion fruit colada de Scentsy

C’est une odeur assez discrète qui fait la part belle aux fruits de la passion. L’odeur est assez acide, puis gourmande mais avec nuance, et enfin un peu verte. On doit y retrouver le sucre de canne, ingrédient phare de cette nouvelle collection. Je ne le retrouve pas, à moins que ce ne soit la touche verte qui se distingue. La vedette du mélange est le fruit de la passion, dont on retrouve l’acidité certes, mais aussi la fraîcheur et toute la gourmandise. L’ensemble est réaliste et assez délicat. Une jolie surprise.

Lemon thyme berry de Scentsy

Cet assemblage est très surprenant. Les premières minutes on a l’impression d’un médicament à cause de l’aspect très sucré du citron, après quelques minutes, on se retrouve plongé dans une pharmacie, ou plutôt chez un apothicaire d’une autre époque. Ensuite, au bout de quelques dizaine de minutes, le sucre reprend les rênes de la partition et la fraise monte au créneau. On retrouve un de thym en arrière-fond et le citron, mais ils sont devenus davantage les spectateurs de cette composition étonnante.

Pistachio ice cream de Scentsy

Voici une vraie glace à la pistache, pleine de vanille, de crème et de sucre, comme une véritable crème glacée. La pistache est toute douce, très verte et tendre. Sans aucune amertume ni d’autres éléments dans la composition que ceux que l’on pourrait retrouver de votre dessert préféré. Que puis-je dire de plus pour vous aider dans votre choix… juste de ne pas oublier cet aspect de dessert très gourmand, sinon vous ne risquez aucune surprise!

Mariposa lily de Scentsy

Voici une des rares odeurs presque exclusivement fleurie de la collection, elle possède aussi certaines des caractéristiques de « propre » qui plaisent bien aux américains. C’est une des senteurs les plus intenses aussi de la collection, pas intense parce que les parfums fleuris peuvent accaparer le devant de la scène, car cette composition est aussi sucrée et gourmande (fruitée) mais parce que le parfum se diffuse bien plus et que ces notes sont plus intenses. On retrouve facilement une pomme verte, acidulée et « compotée » derrière les plantes. Les gourmands à la recherche d’une senteur assez fraîche pourraient trouver ici leur bonheur.

Sweet amber & freesia de Scentsy

Cette cire parfumée essaie de copier un pot-pourri fleuri, épicé et boisé. On retrouve ce qui pourrait en faire un parfum de transition vers l’automne assez réussi. Le dosage de parfum en termes de diffusion est bien calibré pour une pièce de 20m2, ce ne sera pas plus envahissant que l’odeur d’un pot-pourri qui séjournerait dans cette pièce. Cette notion de pot-pourri émerge de la composition du fait du partage qu’elle réalise entre les notes fleuries et boisées. Cela rappelle ces créations très en vogue il y a encore une trentaine d’années. On dirait un mélange de tilleul et de fleurs roses/baies rouges, avec l’ambre qui prend la pole position.

Summer soleil de Scentsy

Voici une autre cire parfumée à la diffusion toute douce, au parfum assez discret. La composition est crémeuse, délicatement sucrée, très légèrement fruitée. C’est une grande douceur qui émane de ce parfum, d’ailleurs il s’agit d’un des parfums les moins forts de cette collection. C’est assez gourmand et sucré, mais sans aucun débordement, la création est mesurée et agréable. C’est un peu le lait de toilette apaisant que l’on souhaiterait étaler sur les enfants après une belle journée passée en plein air et au soleil pour contrer un peu les effets de ce dernier.

Summer sunshine de Scentsy

Si vous cherchiez une senteur ou la noix de coco se démarque dans cette collection pour l’été 2017, c’est sur cette cire parfumée qu’il faut vous arrêter. C’est celle qui la met le mieux en valeur et lui attribue la plus grande place dans sa réalisation. La noix de coco est râpée, séchée et un peu caramélisée. On retrouve ensuite une mandarine assez ronde, un peu acidulée. Si vous connaissez les jarres à la noix de coco de Yankee Candle, celle à la mandarine est vraiment presque similaire. Le parfum est assez chaleureux et suave. Une création vraiment estivale et qui échappe à l’écueil de la trop grande virulence. Le mélange est savamment orchestré et bien que présent jamais envahissant.

Pout conclure cette longue présentation de la nouvelle collection. J’émettrai une petite réserve sur le choix du parfum tendance de cette nouvelle collection: la canne à sucre. Elle ne pèse pas tellement sur le caractère de ces nouvelles cires parfumées. Je trouve pourtant que Scentsy a réussi à se renouveler davantage dans leurs nouveaux produits. Deux parfums sont délibérément présentés comme floraux, deux comme des senteurs d’agrumes, et une fruitée. A vous la parole maintenant: quelles senteurs vous tentent et si vous les avez testées, qu’avez-vous pensé de cette nouvelle collection? J’attends vos réponses avec impatience pour en discuter.

Courses d’Antony et de Nanterre- versions 2017

Nouveaux comptes-rendu de course, pour l’édition avant et après printemps… Je continue l’exploration des villes du 92, et après Rueil-Malmaison, je vous propose mes impressions sur les courses d’Antony (19 mars 2017) et de Nanterre (2 avril 2017). C’est sous une très belle météo que j’ai pu prendre le départ sur ces deux courses, ce serait presque un plaisir de faire du sport dans ces conditions…

Je souhaite avant tout remercier les bénévoles qui permettent aux coureurs de se retrouver sur les lignes de départ le dimanche. Un grand merci à eux et à leurs encouragements qui sont indispensables au bon déroulement de l’événement et contribue fortement à l’expérience qu’on en retire. Merci aussi aux forces de l’ordre mobilisées dans ces conditions et qui permettent de pratiquer plus sereinement en foule.

10 km de Nanterre

Inscriptions aux courses:

Ces deux villes proposent des formules et des tarifs différents. Antony décline la course en deux distances: un semi-marathon (idéalement placé dans le calendrier pour se préparer au marathon de Paris) et une course de 5,5 km qui s’adresse en priorité aux femmes. D’ailleurs la municipalité leur propose un prix préférentiel à 5€ au lieu des 10€ masculins. La ville de Nanterre propose elle une course de 10 km au tarif de 18 euros. Les inscriptions se font par internet et il est possible de transmettre les certificats médicaux au moment des inscriptions.

Les formules entre les deux courses sont donc différentes dans le prix autant que dans l’approche. La ville d’Antony offrait le t-shirt de la course et une médaille après avoir franchi la ligne d’arrivée. Ensuite, quelques stands étaient dressés avec une foule suffisamment impressionnante pour me dissuader de quémander un verre d’eau.

A Nanterre, pas de t-shirt de course ni de médaille. Par contre, le prix incluait un ticket pour bénéficier d’un repas (barbecue, idéal au vu de la météo!!) et un sac de course remis après le parcours où se trouvait judicieusement placé une bouteille d’eau, des bons de réduction et un petit gâteau au chocolat. Les stands étaient moins pris d’assaut et j’ai même pu bénéficier d’une « remise en forme après course » entre les mains d’un futur ostéopathe.

Le retrait des dossards était aisé dans les deux cas. J’ai pu les récupérer le jour-J près du lieu de départ de la course. Come j’avais transmis les certificats médicaux en m’inscrivant et qu’ils avaient été validés, je venais les mains dans les poches. Semi marathon Antony

Les deux courses partaient à des horaires différents de ce qui se pratique en règle générale. Le départ du 5,5 km d’Antony était donné à 13h30, ce qui n’est pas des plus pratique pour planifier son déjeuner, le départ à Nanterre était annoncé à 10h30 (ce qui laisse par contre le temps de digérer le petit déjeuner!). Dans les deux cas, la météo était de la partie, avec le ratio idéal entre température, soleil ou éclaircies et vent.

Tracé des courses d’Antony et de Nanterre

Disons que pour la course de Nanterre, je sentais une moins grande habitude d’organisation et une fluidité encore à améliorer. Nous, coureurs, dans un esprit très bon enfant, avons dû nous déplacer trois fois à la recherche de la ligne de départ qui a été déplacée autant de fois en attendant le départ de la course, donné une demi-heure après l’heure prévue. Ce qui n’était pas sans engendrer certaines inquiétudes parmi les coureurs. Non, sur la course en elle-même mais sur la distance que nous pourrions finalement parcourir. La veille, nous avions reçu un email nous informant que si nous passions le 4ème km en plus de 37 minutes nous devrions emprunter un autre itinéraire. Cela pour limiter le blocage de la circulation en ville, cette boucle alternative modifiait le kilométrage de la course de 10 km en 8 km. Ainsi la question se posait: avec l’horaire de départ qui reculait, qu’en serait-il du tracé final?

Je pense que ce point peut rassurer des coureurs qui se livrent à leur premier 10 km et craignent de ne pas y arriver. Savoir qu’il est possible de raccourcir la distance en fonction de ses dispositions du jour et des derniers entraînements auxquels on a pu se livrer. Pour les autres coureurs, cela force à courir à un rythme acceptable pour clore le 10 km avant midi (nous sommes finalement partis vers 11h)! Les derniers coureurs ont franchi la ligne d’arrivée vers midi et demi, sous les encouragements émus de la foule déjà affalée au soleil et profitant de la pelouse du stade.

Alors, qu’en était-il des tracés?

La course d’Antony commence très fort avec une montée assez traîtresse. Je me suis clairement brûlé les ailes sur ce départ, surtout que je me suis élancée sur les pas d’excellents coureurs. Je ne m’étais pas méfiée. Quel est l’intérêt pour un bon coureur de se tester sur cette distance? Je n’en voyais pas et n’ai pas imaginé que ces coureurs s’alignent, du coup, j’ai emboîté le pas en imaginant que la cadence était correcte. Arrivée en haut de la montée, j’ai senti que j’avais brûlé mes ressources en énergie. Et je voyais ces excellents coureurs continuer à accélérer et s’éloigner à vitesse grand V. Mal m’en a pris d’essayer de les suivre sur le premier kilomètre, le parcours n’était qu’une suite de montées et de descentes, avec des faux-plats. Un vrai bonheur… Petit à petit, après le second kilomètre, j’ai vu tout la foule me distancer, au point de me retrouver de plus en plus seule… mais à mon rythme! Un petit rythme en l’occurrence adapté à ces changements de terrain continus. Vous auriez dû me voir dans la dernière montée vers la ligne d’arrivée : de quoi dégoûter quiconque de se mettre jamais à la course à pied!! Heureusement, pas de photographes, je crois que je serai venue leur voler leur carte mémoire après la course pour qu’il n’y ait aucune preuve de ma déchéance.

Résultat: je m’en suis vraiment voulu d’avoir couru si vite au début au lieu de chercher mon rythme. Je me suis aussi dit qu’heureusement il n’y avait pas 10 km à faire dans ces conditions… et j’ai pensé très fort à ceux qui se préparaient déjà à partir sur le semi-marathon. Ils empruntaient les mêmes itinéraires, mais en en faisant quatre fois plus…

10 km Nanterre

Maintenant, venons-en à la course de Nanterre. L’itinéraire annonçait une belle section sur les quais de Seine. Hormis cela j’avais assez peu d’informations. En fait, le parcours était le plus plat de ceux que j’ai eu l’occasion de courir. D’une homogénéité impressionnante. La partie sur les quais de Seine était vraiment agréable, on s’y trouvait mêlés aux coureurs du dimanche, aux cyclistes, aux promeneurs de chiens, le tout en bonne intelligence. D’ailleurs, à un passage très étroit, les autres sportifs laissaient la priorité aux coureurs avec dossard, un beau geste de leur part! Un ravitaillement était proposé à 5,5 km avec des verres d’eau et des quartiers d’orange. Une fois de plus les bénévoles étaient attentionnés et très sympathiques. Cette pause tombait à pique. J’ai pris le temps d’y boire un verre d’eau à l’arrêt et de marcher ensuite jusqu’à un sac poubelle pour l’y jeter. Je déplorais que certains des coureurs précédents aient jeté leurs gobelets et orange à même le sol, quand j’ai entendu « attention » retentir. Je me décale donc, regardant avec une méfiance accrue les reliquats sur le sol, quand j’ai senti un mouvement dans l’épaule et un « pardon » émis immédiatement. Je relève donc les yeux pour voir un coureur malvoyant trotter à vive allure avec son accompagnateur. Le « attention » m’était donc effectivement destiné mais pas pour les raisons que j’avais imaginées.

J’ai eu beaucoup d’admiration pour ce « couple » de coureurs qui enjambait les trottoirs et les obstacles avec une facilité et une vitesse déconcertantes. Le tracé vraiment plat et le parcours sans encombre majeure en font une course que je pense agréable pour ce type de sportifs. Un bravo à ceux qui pratiquent ainsi le sport, que ce soit en dépit de leur handicap ou pour la générosité de leur geste envers les malvoyants. Ils sont arrivés bien avant moi, c’est certain!

Le parcours après les quais de Seine, se poursuivait dans des quartiers mi-industriels mi-résidentiels aux routes larges et complètement désertes. Les supporters étaient vraiment limités, l’ambiance n’en demeurait pas moins chaleureuse grâce aux nombreux bénévoles qui indiquaient le chemin et les distances restantes : aucune indication en km sur le parcours et étonnamment j’ai préféré! Le seul repère que j’avais était le ravitaillement du 5,5ème km. L’heure ne m’aidait pas non plus dans mes estimation puisque finalement j’ignorais l’heure à laquelle on nous avait finalement laissé partir.  Certaines parties m’ont beaucoup plu, comme ce passage où j’avais l’impression de marcher sur l’eau avec une vue imprenable sur l’Arche de la Défense, d’autres moins, comme la traversée d’un camp de fortune, monté à la va-vite et fait de bric et de brocs, composée d’une population qui ne comprenait pas cette invasion de coureurs. Imaginez le contraste entre des personnes au dénuement impressionnant et les coureurs connectés, habillés de façon high-tech avec des baskets très colorées.

L’arrivée se faisait après un tour de stade, sous les applaudissements et les encouragements de ceux qui avaient franchi la ligne et s’étaient installés sur la pelouse du stade, au soleil, à déguster le barbecue offert, ou à se faire masser par les futurs ostéopathes.

Mes conseils pour les futurs coureurs

Avoir une idée des itinéraires empruntés par les courses me paraît important pour se faire une idée de la meilleure façon de la gérer. Cela me paraissait inutile jusque là, en plus j’aime les surprises… Mais c’est important si on veut éviter de partir trop vite  et juste pour trouver son rythme dans les meilleures conditions. Je pensais que ma très bonne connaissance de la ville d’Antony me suffirait, mais c’était sans compter sur les sportifs qui ont décidé de proposer un tracé digne des montagnes russes (vu du Bassin Parisien s’entend bien évidemment, ce n’est pas non plus un Ultra Trail digne du Mont Blanc!).

La course d’Antony est une course bien rodée. Les dispositifs sont bien mis en place, les distances parcourues sont annoncées et surtout la population antonienne est là pour encourager. La foule était nombreuse sur une grande partie du tracé et l’ambiance est très familiale. Le tracé forme de nombreuses circonvolutions qui permettent aux personnes qui vous encourage de se placer judicieusement en plusieurs points du parcours. Pour l’ambiance et pour la distance, je la conseillerai vivement, à condition d’aimer les côtes et les descentes! Côté satisfaction du coureur, si pour vous il est important d’avoir une médaille et un t-shirt de la course en souvenir, à ce tarif, vous ne trouverez pas mieux que la course d’Antony!

Au niveau de l’organisation, des douches, vestiaires, toilettes et consignes étaient facilement accessibles sur le stade de Nanterre. Cela facilite l’approche de la course, surtout si c’est votre première. Le fait que le tracé ne comporte pas de difficulté peut vous permettre d’aborder cette course en confiance. Et puis, l’accès depuis le RER A, arrêt Nanterre université, est assez pratique: pas de marquages pour trouver le stade, suivez les coureurs pour le trouver! A Antony, il vous faudra trouver l’hôtel de ville pour retirer le dossard. Une fois que c’est fait, des restaurants à proximité vous permettront de patienter jusqu’au départ de la course qui a lieu juste en face de la mairie.

10 km de Nanterre

Au final, que dire? J’ai été ravie d’avoir réalisé ces courses, même si ce n’est pas ce que je pensais en réalisant les parcours! Il m’a fallu 6 km à Nanterre pour commencer à me sentir pas trop mal, et à Antony cela allait mieux une fois que la course était finie. Le mode diesel sur 6 km n’est clairement pas un atout dans ces circonstances… De là à courir davantage que dix kilomètres, disons que cela ne me fait pas encore rêver même si c’est dans mes objectifs pour le mois de mai.

Un petit mot sur les performances, surtout après celles décevantes de Rueil Malmaison,  à Antony j’ai réalisé les 5,5 km en 32 minutes. A Nanterre il m’a fallu très exactement une heure pour clore les 10 km, objectif que je m’étais fixé. J’aurai sans doute pu gagner une minute sur la course entre l’arrêt au ravitaillement et les derniers kilomètres parcourus avec une certaine décontraction touristique.

Promis, j’arrête de vous parler course à pied… jusqu’à celle du 23 avril au bois de Boulogne, dernière course officielle avant la redoutée « Paris-Saint Germain ». Prochain article, promis, ce sera sur des cires parfumées!

Course des 10km des Lions à Rueil Malmaison

Aujourd’hui, je reviens pour proposer un retour rapide sur la course organisée par les Lions de Rueil Malmaison le 12 mars 2017. Deux parcours étaient proposés, un 10 km et un semi-marathon (une version un peu étendue du 10 km à faire deux fois). Que penser de ce 10km des Lions? Est-ce que je recommande de reprendre la pratique au printemps avec cette course? Quelles ont été mes sensations?

Je viens répondre à ces questions du général au plus personnel.

L’organisation de la course des 10km des Lions

J’ai eu connaissance de cette course par mon CE. Je pense qu’elle est recommandée car elle arrive quatre semaines avant le Marathon de Paris et que les coureurs cherchent à se tester à ce moment là sur un semi-marathon. De mon côté, je trouvais intéressant de reprendre la pratique de la course sur cette distance accessible tout en proposant un peut challenge.

Il est simple de s’inscrire à la course, il suffit de se rendre sur le site officiel. Les informations à propos de la course sont variées et les modalités de participation bien expliquées. Suite à l’inscription, j’ai reçu des emails pour me prévenir des démarches à effectuer et en apprendre davantage sur le déroulement de l’événement. Attention, toutefois, je n’ai vu les informations que le dimanche matin étonnée de n’avoir toujours pas reçu d’informations de leur part. J’ai trouvé à ce moment quatre mails sur les préparatifs dans mes « indésirables/spam ».

Un point que j’ai apprécié était de pouvoir retirer le dossard sur le site même de la course, le matin même. J’avoue que l’idée de se déplacer la veille sur le lieu de la course juste pour retirer le dossard ne m’enchante guère. Les dossards étaient donc disponibles au retrait entre 8 heures et 9 heures, alors que le départ de la course se faisait à 9h30. Pratique donc! Surtout que les files d’attente étaient assez fluides, que des vestiaires étaient à disposition ainsi que des toilettes et des douches. Dans les bons points, un échauffement sur le stade était prévu avant la course. Je l’ai trouvé bien mené et cela change des gestes rapides à réaliser une fois déjà alignés sur la ligne de départ.

Autre bon point, lors de l’enregistrement en ligne pour les 10km des Lions vous pouvez décider de récupérer le t-shirt de la course ou de faire don de ce montant à une association. Je trouve que l’idée est séduisante de pouvoir décider de l’allocation de ce montant. Et en plus quand on prévoit plusieurs courses dans la saison, nous n’avons pas besoin d’un nouveau t-shirt à chacune, sauf à vouloir acheter de nouveaux tiroirs! Concernant les tarifs, vous pouvez compter 17€, attention de nombreux suppléments sont proposés, comme le fait de recevoir votre résultat après la course par sms. Pour ceux qui souhaitaient acheter leurs dossards directement sur place, à partir de 9h toutes les places du 10 km étaient prises, de ce que j’ai compris il en restait par contre sur le semi-marathon.

10 km des lions

La course des 10km des Lions

Après une demi-heure d’échauffements sur le stade, direction la ligne de départ à 9h30. Le jour est bien levé (pratique cet horaire de course: ni trop tôt dans la matinée, ni trop tard!) et la météo très clémente. Un avant-goût de printemps grâce à une luminosité agréable, quelques rayons de soleil et malgré tout un fond de l’air assez froid.

Revenons au départ de la course. Petit bémol pour ceux qui ont rejoint cette ligne tard: il n’y avait pas de sas de départs. Ceux qui souhaitaient réaliser le parcours en 30 minutes côtoyaient les coureurs du dimanche… Inutile de dire que pendant les deux premiers kilomètres s’en est suivi une joyeuse pagaille à coups de baskets dans les pieds et de coudes à coudes. Je crois que je n’ai jamais senti autant de pieds se glisser sous mes talons qu’à ce départ de courses. Malgré tout l’ambiance ne s’est pas détériorée, alors que les voies pour courir restaient assez étroites pendant ces premières foulées, foulées qui nous menaient le long de la Seine et sur ses bords. Le flot à commencer à se stabiliser entre le troisième et le quatrième kilomètres et j’ai vu des coureurs me doubler jusqu’au cinquième. Il faut dire que j’étais partie avec les cent premiers participants (je pense que nous étions 3000). De plus, c’est à cette distance que le parcours changeait, avec davantage de dénivelés, notamment pour passer la passerelle. Le parcours à ce moment se faisait plus champêtres.

L’affichage des kilomètres écoulés était assez régulier, de grandes bannières en tissu rappelait le kilométrage pour le 10km des Lions et pour le semi-marathon (bannières rouges pour le 10km des Lions et bleu sinon). Le parcours était bien fléché et les bénévoles nombreux pour signaler le chemin. Rien à redire sur ce point! Les supporters se sont fait de plus en plus nombreux pendant la course, que ce soit des familles qui sortaient aux parcs avec les enfants ou des riverains qui faisaient les courses dans la seconde partie du tracé. Car jusqu’au 6ème kilomètre, le parcours se voulait plus nature. Nous avons longé quelques parcs, j’ai regretté de ne pas y faire un tour, cela aurait été l’occasion de belles balades tant ils avaient l’air bien entretenus. Les quatre derniers kilomètres nous ramenaient dans le centre ville, que ce soit des quartiers plus anciens de maisons bourgeoises, ou de résidences plus modernes sur la fin. Je pense que la course donnait une bonne idée des différents quartiers qui composent la ville.

Un petit mot sur le ravitaillement situé au 5ème kilomètre, en haut d’une montée. Il était bien pensé, suffisamment long pour se servir sans se monter les uns sur les autres. Les bénévoles tendaient les verres déjà remplis. J’ai bu un verre d’eau à ce moment. Ai senti le parfum d’oranges et de bananes. Mais je ne m’arrête pas aux ravitaillements, si ce n’est pour boire, je n’ai donc pas vraiment attaché d’attention à ce moment. Le parcours continuait ensuite à monter et descendre légèrement, offrant quelques virages faciles à négocier.

En arrivant dans ce que j’ai pensé être le vieux centre-ville, au 7ème km, l’ambiance se faisait chaleureuse. Un groupe de musique, une fanfare, encourageait aussi les lèves-tôt sportifs. C’est dans cette ambiance que la course s’est poursuivie jusqu’à la fin alors que le paysage urbain se faisait plus moderne et avec moins de cachet. L’arrivée se trouvait au stade où je m’étais échauffée.

Aussitôt la ligne franchie des sandwichs (le choix entre deux variétés était proposé) étaient distribués. Daunat étant partenaire officiel de la course, je vous laisse deviner la marque… Dans les bémols concernant les 10km des Lions: pas de médaille à la fin de la course et je n’ai pas vu de bouteilles d’eau. Par contre, un thé ou un chocolat chaud étaient proposés. Finalement je suis repartie de cette course comme je suis venue, avec juste un dossard, deux épingles à nourrice et un sms en plus. Le sms, supplément à sélectionner lors de l’inscription, était celui pour me donner ma performance… mais ça c’est le sujet de la rubrique suivante!

La reprise de la course

Reprendre la course un an et demi après avoir du l’arrêter. Un an et demi sans sport. Qu’est ce que cela fait?

J’ai pris conscience de cette absence de sport en recevant le résultat de la course par sms. J’étais très loin des temps effectués avant ma première fracture du tibia et loin de ce que j’avais imaginé faire. Je savais que ma condition physique s’était forcément détériorée et aussi que j’avais repris du poids pendant ces dix-huit mois. Mais le choc s’est révélé assez violent face au résultat écrit. J’avais pourtant effectué des courses un jour sur deux avant le 10km des Lions pour me remettre en jambe, sans me rendre compte que ma vitesse était loin de celle à laquelle je courais avant, même si je tenais pas mal la distance.

Je retiendrai tout de même les points positifs, après dix jours de reprise du sport j’ai pu terminer ce 10 km. J’ai aussi repris sans grosses douleurs et en retrouvant certaines sensations (notamment au niveau de la respiration, point qui m’avait posé problème lorsque j’avais commencé à courir). Je n’étais pas fatiguée à l’issue de la course, ni dégoûtée par l’effort de reprise, d’ailleurs je me suis offert une très fort accélération dans la dernière ligne droite -en descente- ce que normalement je ne parviens pas à faire ayant fourni un effort conséquent constant en temps habituel. Si les performances ne sont pas au rendez-vous, rien ne m’empêche de m’y remettre doucement pour me rapprocher des anciens résultats. Je n’abandonne donc pas mon entraînement et vous donne rendez-vous pour la prochaine course dimanche prochain, un petit 5,5kms pour travailler la vitesse.

Avec quelle course comptez-vous reprendre la saison? Quels sont vos prochains challenges sportifs?

« L’encre, cette noiceur d’où sort la lumière »

A la suite de Victor Hugo, vous l’aurez compris, c’est reparti pour de nouveaux tests d’encre, toujours dans des tons un peu moins bleus… et moins orientés Diamine cette fois-ci!

Il existe une couleur, nommée couleur interdite dans mon jargon, que j’évite autant que possible. Cette teinte est pourtant constituée de deux couleurs que j’apprécie beaucoup le bleu et le rouge. J’ai souhaité donner au violet une chance de se faire une petite place dans mes carnets… Je ne demande qu’à être convaincue de son usage! Pour contrebalancer la perspective de ce test, intéressante mais pas exaltante, j’ai aussi commandé des bleus-verts pour apporter une touche plus heureuse à l’ensemble!

Si vous cherchez des encres davantage bleues, je vous renvoie ici.

sélection encres bleues

Voilà donc la sélection, composée dans le détail de

  • Waterman, Tender Purple
  • Private reserse, Black Magic Blue
  • Diamine, Amazing Amethyst
  • Pilot Iroshizuku, Ku-Jaku
  • De Atramentis, Adular Blue
  • De Atramentis, Petrol
  • De Atramentis, Atlantic Blue
  • De Atramentis, Aubergine

Comment cela une marque serait clairement sur représentée? Je ne vois pas ce que vous voulez dire. Je trouve ce choix très intéressant et sur ces bases saines et parfaitement variées compte bien rentrer dans le vif du sujet. Pas de clémence pour ces heureux élus, leur comportement sera étudié à la loupe.

A mon habitude j’ai testé les encres sur des papiers aux couleurs variant du blanc, au gris, à l’ivoire en passant par le crème… et dans mes différents stylos. Vous verrez plus particulièrement sur les photos du papier vélin velouté de Clairefontaine en 90g/m2 (carnet Rhodia rouge), du papier Tomoe River, une feuille bristol, un cahier Apica et un cahier à spirales Oxford. Les test ont été réalisés avec le Sapporo de Sailor en plume moyenne et le Van Gogh de Visconti en plume moyenne (si vous aviez encore besoin de voir qu’une plume moyenne japonaise et une italienne ont peu à voir en largeur!).

sélection encres bleues

Encre Waterman, Tender Purple

Il s’agit d’une encre à la couleur douce, un violet qui tire principalement sur le rose. La couleur créée ne paraît pas désuète, les sous-tons roses en font définitivement une encre assez connotée. En parlant de sous-tons, cette encre possède une agréable fluidité et concède de jolis effets. Elle n’est pas aussi pigmentée que ce que je recherche habituellement, toutefois, je lui concède des qualités qui en font une encre appréciable à l’usage.

J’ai du mal à vous conseiller davantage à son sujet. Ce test m’a permis de prendre conscience que cela fait un moment que je n’ai pas testé d’encres Waterman. Après m’en être principalement servi pendant des années, je suis attirée par d’autres références, délaissant celle-ci assez classique tant dans ses qualités que dans ses teintes. Situation à laquelle remédier donc!

Encre Private reserve, Black Magic Blue

Voici une encre bien moins rose et avec des sous-tons très bleus, comme son titre le présage. Suivant la largeur de votre trait, cette encre propose des teintes d’écriture très différentes: je la vois mauve clair dans les traits larges pour les stylos au débit peu généreux et d’un mauve-noir pour les plumes les plus fines. Ces variations en font une encre intéressante pour ceux qui voudraient varier les couleurs en utilisant un nombre d’encriers limité. Son débit est plus sec que celui de la Waterman, tout en restant dans la moyenne de ce que l’on attend. Par conséquent, il devrait là aussi se frayer un chemin dans tous les conduits.

Cela en fait un peu l’encre tout terrain, qui saura s’adapter à toutes les circonstances, pour qui saura apprécier sa couleur mauve. Je retrouve à travers ce commentaire, une des constantes de cette enseigne qui ne détrône jamais complètement les performances des marques les plus en vue mais qui offre une constance et une fiabilité intéressantes!

sélection encres bleues

Encre Diamine, Amazing Amethyst

Comment ne pas inclure Diamine dans un test ! Cette marque a vraiment tout pour me plaire, des encres capables de rendre bavarde chacune de mes plumes, des débits à les rendre douces comme des agneaux et des teintes à se faire pâmer tous les prédateurs!

Elle se devait donc de rentrer dans la sélection, et dans une teinte qui rallie souvent les suffrages. A dire vrai, c’est une encre que je pourrai concéder utiliser régulièrement. Je n’irai quand même pas l’acheter, mais m’en servir à l’occasion ne s’avérerait pas insupportable… C’est une couleur raffinée, qui porte son titre à merveille, ses reflets sont nombreux comme pourraient l’être ceux de la pierre taillée confrontée à la lumière.  Jolie réalisation donc pour cette teinte réussie, aux caractéristiques dignes de Diamine: débit généreux, pigmentation au rendez-vous, effets de nuance, …

Encre Pilot Iroshizuku, Ku-Jaku

Après l’encre au meilleur rapport qualité-prix, passons à la plus dispendieuse de la collection, celle d’Iroshizuku.

Et surtout sortant de ces teintes violettes et mauves, pour poursuivre notre exploration dans celui des bleus-verts!  Ku-Jaku (qui signifie « paon » en français) est à mon goût un vert sapin aux sous-tons turquoise sur les papiers ivoire et jaune et un beau bleu-vert profond sur les feuilles blanches. Cette encre a la capacité d’offrir de beaux effets de débit à l’écriture et la lubrification qu’elle apporte est reconnue dans à peu près toutes les langues!

Entre elle et Pigeon Blue de De Atramentis, je ne parviens pas à faire mon choix… ce qui me condamne à n’avoir aucun des deux encriers, juste des échantillons réguliers… Comme vous l’aurez compris, ce commentaire me permet aussi de faire une transition vers les quatre encres suivantes.

sélection encres bleues

Encre De Atramentis, Adular Blue

Que ce soit clair, cette teinte a été un coup de foudre!

Ce bleu est le bleu parfait pour qui chercherait un turquoise soutenu, tirant majoritairement sur le bleu. Cette couleur est sublime, ces caractéristiques sont toutes celles que j’aime chez De Atramentis: une pigmentation impeccable, un débit presque magique, de belles nuances entre les passages plus secs et ceux plus humides de l’écriture, une facilité à être relue, … que dire si ce n’est que cette marque pour moi parvient à procurer autant de plaisir à l’écriture qu’à la lecture!

Pendant tout le temps ou je me suis servie de mes échantillons de cette teinte, je n’ai pas pu m’en passer. Et puis, le moment est venu où j’étais à sec, et où il fallait renouveler l’achat en passant au format 35 ml. Je n’ai pas franchi le pas car il s’agit d’une teinte que je n’emploie pas au quotidien. A mon sens, son usage principal serait la rédaction de carnets de voyages, de notes personnelles, etc.

Encre De Atramentis, Petrol

Après la très belle découverte que fut Adular Blue, je tâchais de noyer mon chagrin dans Petrol. Non pas une sorte de suicide lent, ni un hommage à mon domaine d’activité, juste une teinte figurant parmi les bleus-verts. Plus facilement utilisable dans un contexte public qu’Adular Blue.

Malheureusement, le coup de coeur n’a pas été le même et après les évocations heureuses et ensoleillées de l’encre précédente, dans cette Atramentis je ne savoure ni le débit un tantinet sec, ni la couleur un peu trop sombre et verte (pas qu’elle soit d’un vert trop foncé, juste qu’il manque de luminosité), pfff. Dur donc de revenir d’un coup de foudre et de retrouver des sensations plus « normales »…

sélection encres bleues

Je n’épiloguerai donc pas sur cette encre qui a eu la lourde peine de passer après Adular Blue et passons maintenant à un bleu que je connais bien, que ce soit sous forme d’encre ou dans la nature!

Encre De Atramentis, Atlantic Blue

J’ai retrouvé une quiétude, presque digne de vacances, en utilisant de nouveau Atlantic Blue. Cette encre aussi fait partie de mes rotations régulières d’échantillons. En la retrouvant dans mon Pilot Custom Heritage 92, j’ai retrouvé la sérénité qui me faisait défaut… Ce bleu n’a pas volé son nom.

C’est un bleu pour les aventuriers, ceux qui ne craignent ni une bonne brise ni une mer fraîche. Une couleur profonde, avec à la fois des tonalités un peu vertes et quelques nuances grises. Ces dernières sont d’autant plus visibles sur des papiers ivoire ou jaune et dans les plumes généreuses. Un vrai bleu-gris de mer bretonne, pas trop foncé, pas extrêmement saturé, au débit dans la moyenne.  Une bonne encre donc, base certaine de nuanciers, sans provoquer non plus d’euphorie.

Encre De Atramentis, Aubergine

Dernière encre de la sélection, encore une De Atramentis vous entends-je dire. Et alors?! ai-je envie de vous répondre puisque celle-ci fut plutôt une bonne surprise.

J’apprécie beaucoup cette teinte qui se rapproche assez des Syrah que l’on trouve chez d’autre compagnie, tout en ayant parfaitement la couleur et les reflets de l’aubergine. Sur un papier ivoire, vous avez presque l’impression de constituer une petite nature morte. C’est une encre si riche en reflets, presque mauves dans les courbes les plus encrées et si rouge dans les creux les plus secs. Elle n’offre toute sa diversité que dans les plumes les plus abondantes. Avec les faibles débits, vous obtiendrez un mauve assez foncé, un brin rouge, offrant de légères nuances et une certaine coquetterie.

sélection encre bleue vert mauve

J’espère que ce tour d’horizon vous aura permis de faire de nouvelles découvertes, de confronter votre avis au mien ou de découvrir de nouvelles teintes pour vos stylos. N’hésitez pas à me faire part de la composition de vos collections d’encriers et de partager en commentaires vos teintes préférées. Au plaisir de vous lire…

Quel papier/carnet Midori je préfère?

Je vous en parle depuis longtemps, vous l’avez longuement attendu, voici l’article sur le carnet Midori que je préfère! Je rentre en détail sur les atouts de ce papier si particulier et sur le plaisir d’écriture qu’il génère. Car ce papier est très original dans son épaisseur, les sensations qu’il procure, son concept nomade et léger et ses caractéristiques qui en font le candidat idéal pour se promener avec vous et votre plume! C’est un tel régal que c’est celui que je privilégie dans toutes mes couvertures aux tailles standards.

Saura-t-il vous convaincre?

Carnet Midori 013

 

Un carnet Midori? Oui, mais lequel

L’entreprise que nous allons appeler Midori dans cet article (pour plus d’informations je vous laisse vous référer à cet article) est surtout connu pour sa commercialisation des couvertures de cuir. Elle a promu un système qui est celui de la couverture recyclable dans laquelle vous pouvez glisser des carnets interchangeables, retirer ceux complétés et en remettre des nouveaux, … Ce type d’approche génère un business tourné vers la vente première de l’outil puis de ses consommables. Ici les consommables sont les carnets, règles, post-ils, élastiques, décorations, …

Vous pouvez donc imaginer que le choix proposé en carnets se révèle pléthorique pour répondre à toutes les demandes. Depuis le papier quadrillé, jusqu’à celui pour les aquarelles, le kraft … De tous, celui que je préfère est celui numéroté 013 dans la gamme de taille classique (un signe sûrement!) et 005 dans la taille passeport. Leur deuxième prénom est « lightweight » ce qui lui convient parfaitement. Car pour le poids d’un carnet classique vous avez jusqu’à deux fois plus de feuilles (128 pages) dans une seul et même carnet. La différence s’explique par l’épaisseur biblique du papier. Ce papier est d’une légèreté somme toute incroyable.

Carnet Midori 013

 

Spécificités de ce carnet Midori 013:

Transporter autant de feuilles dans un poids si contenu est exceptionnel. Ce papier est tout d’abord fascinant sous cet aspect. D’autant que la fonction première du concept et des couvertures en cuir en particulier est de faciliter les déplacements et la prise de notes.

Ne nous arrêtons pas là car ses autres avantages sont nombreux.

Tout d’abord, vous pouvez constater que quelle que soit la largeur de la plume, jamais l’encre ne file. Ce papier légèrement glacé ne permet aucune « incontinence » de l’encre. Et malgré le toucher presque glacé de la page, je n’ai jamais eu l’impression de « déraper » avec mes plumes japonaises. J’ai déjà écrit (et dit à de nombreuses reprises) que son contact est tellement doux qu’on souhaiterait y poser la tête le temps d’une courte sieste…

Un autre de ses atouts est sa teinte. Ce papier est blanc, très légèrement crème. Du coup, vous n’avez pas la tristesse que certains papiers bleutés ou grisés peuvent apporter et vous bénéficiez de tous les avantages du blanc: en particulier le rendu de l’encre. J’ai sélectionné pour les photos des pages où j’ai rédigé de plusieurs couleurs pour vous donner une idée de l’intensité avec laquelle elles apparaissent sur le papier. Rien à redire, le résultat est vibrant! D’ailleurs, vous l’aurez remarqué c’est un des papiers que je préfère pour tester les encres. C’est celui qui leur rend le plus justice.

Carnet Midori 013

Un autre avantage de ce carnet Midori est le fait qu’il soit cousu. Du coup, il ne rencontre aucune difficulté à tenir ouvert.

Un autre avantage de ce carnet est sa transparence: il est aisé d’assister votre écriture d’une grille que vous percevrez en transparence. Cela vous assurera d’écrire droit si vous rencontrez des difficultés à cet exercice. L’atout étant de ne pas être gêné à la relecture ou à la consultation du carnet pour des lignes ou des grilles. L’effet épuré du carnet est véritablement agréable.

Carnet Midori 013

Concernant le prix? Vous le trouvez sur Amazon pour 5,90€. Personnellement, j’achète mes recharges sur la boutique en ligne Misc. En vous inscrivant à leur newsletter vous pouvez bénéficier de moins 10% sur votre commande. Dans le colis que vous recevez, vous avez généralement un coupon vous proposant une réduction sur l’achat suivant, avant une date donnée qui vous offre amplement le temps de programmer la livraison suivante!

Et me demanderez vous quels sont les inconvénients de ce carnet Midori?

Certains avantages amènent à faire des concessions et la première, vous l’aurez constaté sur les photos qui le mettent bien plus en exergue que la réalité: vous avez de la transparence. Autrement dit, vous pouvez distinguer la couleur dans laquelle vous avez écrit sur les pages précédentes et suivantes. C’est clairement le pendant de la finesse des pages. Pourtant, en dépit de la finesse, jamais vous ne verrez que l’encre a transpercé le papier. C’est juste un phénomène d’ombre et non de mauvaise tenue du papier ou d’encre trop abondante. Autre point: malgré ce défaut, je n’ai jamais eu de mal à me relire, quelle que soit la couleur de l’encre utilisée.

Carnet Midori 013

Le second point négatif, toujours dû à la formulation particulière du papier est le temps de séchage. Vous imaginez bien que sur un papier qui n’absorbe pas du tout l’encre, celle-ci met plus de temps à sécher. Il faudra donc vous montrer un peu plus patient qu’avec les autres carnets, mais pour le rendu proposé, cela en vaut vraiment la peine. Sinon, un bon buvard pourra toujours faire l’affaire et régler vos problèmes de patience.

Et à part cela rien, il faut dire que comme il est devenu mon papier préféré, j’ai dû mal à lui trouver de véritables défauts. Et que pour le dernier ci-dessus, il a fallu que je me livre à une session de brain storming pour le trouver!

Oui, je m’amuse à personnaliser les couvertures de mes carnets Midori: que ce soit avec de l’aquarelle ou avec des citations, des autocollants, … Cela me permet de les identifier plus rapidement, notamment après usage: ceux qui me servent au travail, ceux pour mes méditations, ceux pour les formations, …

Carnet Midori 013

Pour les adeptes du papier japonais Tomoe River (japonais comme son nom l’indique…) vous trouverez dans ce carnet Midori 013 (grande taille ou 005 taille passeport) toutes les joies du fameux papier léger. Ces carnets sont réalisés en Japon, j’admire la praticité de l’emballage qui permet de conserver les carnets à l’abri avant de les entamer et leur régularité dans la qualité. C’est avec une confiance aveugle que je rachète les recharges et un plaisir sans cesse renouvelé que je rouvre mes carnets et dégaine mes plumes.

Quel est votre papier et carnet Midori préféré? Aimez-vous les papiers à la finesse biblique? Quelles sont les stylos ou plume que vous préférez utiliser dessus? Je vous attends en commentaire!

 

Morgan Le Fae’s un encart historique

C’est avec une certaine émotion que je viens aujourd’hui vous présenter un coup de cœur de l’année 2016. Cela fait un moment que je rédige cet article, sans parvenir à être suffisamment claire dans mes explications. Difficile de transmettre à la fois l’émotion et les raisons concrètes que suscitent l’intérêt pour une jolie pièce d’artisanat. La commande que j’ai reçue en septembre 2016 comprenait plusieurs éléments, pour simplifier l’écriture de l’article, je ne vous présenterai ici que l’élément préféré, et la suite arrivera dans deux autres articles!

Morgan Le Fae's B6 slim

Il s’agit donc de cette couverture de couleur « Aqua Marine » de Morgan le Fae’s que vous avez déjà beaucoup vue en photo sans jamais lire une ligne à son sujet! Elle possède des allures de pièce d’art qui m’emballe toujours, les détails sont soignés et le contact si original et particulier. Pas une fois j’ai saisi cette couverture sans ressentir un certain contentement à la posséder et surtout à l’employer. Vous voyez en arrière-fond une autre couverture dont j’ai fait l’article récemment sur le blog. Outre qui littéralement et visuellement un gouffre (un océan, ahahaha) sépare les deux réalisations… je vous dirai juste de comparer au passage les finitions des deux pièces notamment au niveau des coutures…

Morgan Le Fae’s, qui est-ce?

Commençons par un peu de vocabulaire:

  • le véritable nom de la marque est: Morgan le Fae’s Trinkets,
  • son site internet dont voici l’adresse: https://shop.morganlefaestrinkets.com/
  • le nom de la créatrice, qui possède maintenant une équipe: Monique Vanmeulebrouk
  • Le nom des réalisations, usuellement distinguées par l’appellation de Travellers Notebook (TN pour les intimes, en français: carnet du voyageur): Lady Falcon Travellers
  • et donc le nom des carnets qui pourront être glissés à l’intérieur: Lady Falcon Files

Avec ce bagage minimal et quelques pré-requis (j’ai supposé en entamant cet article que vous saviez désormais ce qu’était une couverture de cuir pour carnets et comment vous en servir…). Si vous souhaitez poursuivre l’analyse du champ lexical de cette boutique, je ne saurai que trop vous conseiller de vous rendre sur le site, vous ne serez pas déçus par l’avalanche de nouveaux noms! En résumé pour les autres, l’idée première qui a fait naître cette mythologie est le personnage de Morgane la fée (je vous laisse vous référer aux contes du roi Arthur, de sa table ronde et de la quête du Graal! trouvé en l’occurrence).

Concrètement, la boutique Morgan le Fae’s regorge d’idées, de tailles de couvertures, de « customisations » possibles, de détails à apporter, … D’ailleurs un des mots-clés pour bien comprendre le soin apporté par Monique à ses réalisations est « détails ».

Je vous conseille un œil sur ses créations par le biais d’Instagram.  Les créations les plus simples côtoient de véritables cartes postales, des tableaux de maître, des compositions originales, de nouvelles interprétations de dessins connus, etc. Les limites semblent floues tellement Monique est capable de proposer des réalisations si différentes.

Pour le service client, ce n’est pas le plus zélé que je connaisse pour vous avertir des différentes étapes de votre commande, vous aurez forcément de l’attente (comptez comme pour les vrais artisans de la branche un mois pour que votre commande soit traitée). Je ne trouve pas le délai surprenant et vous pouvez tellement adapter la création à vos attentes qu’il est tout à fait justifier de laisser le temps à l’atelier de se pencher sur toutes les options de votre commande!

https://www.instagram.com/ladyfalcontn/

En parlant de sens des détails, outre ceux que l’on voit déjà sur la photo ci-dessus et qui font que l’on reconnaît du premier coup d’œil une couverture qui sort de chez Monique, je tiens à souligner que les paquets étaient parfaitement exécutés et que les colis arrivent garnis. D’un joli autocollant rappelant la première réalisation personnalisée de la boutique, d’une carte de visite avec un motif identique, d’élastiques colorés coordonnés aux couleurs que vous avez sélectionnées, de petites breloques supplémentaires pour pousser encore davantage l’individualisation de la pièce… Déballez un colis de chez Morgan le Fae’s et ce sera Noël pour vous!

Qu’ai-je donc choisi chez Morgan Le Fae’s? 

Arrive le moment compliqué de passer la commande…  et d’entrer le détail de tous les menus. Si vous souhaitiez recevoir la même pièce que la mienne, il vous faudrait effectuer tous les choix suivants:

  • sélectionner d’abord le format: un Lady Falcon Traveler Basic (c’est-à-dire basique… sans poche!)
  • puis la taille: en B6 slim, à l’usage je trouve comme je vous l’ai déjà dit que c’est le format idéal, la largeur du Midori traditionnel un brin plus court. Pour nous qui écrivons de gauche à droit et non de bas en haut comme les japonais, c’est optimal! Vous voyez la différence entre les deux tailles sur la photo ci-dessus. A note que j’ai rarement (jamais?) vu autant de choix de taille de cuir possible que sur cette boutique. Je pense qu’en venant avec les dimensions les plus folles vous obtiendriez tout de même une couverture en cuir!
  • en suite la couleur: AquaGreen, dois-je expliquer mon choix? Je suis proche des couleurs que j’aime le plus, tout en gardant un aspect relativement obscur qui passe aussi bien en milieu professionnel que privé. J’ai même sorti cette couverture pendant des entretiens d’embauche sans honte ni vergogne. Une couleur plus vibrante m’aurait peut-être arrêtée dans mon élan
  • ensuite la couleur de la couture: 5 options de couleur sont laissées au choix du blanc au noir. J’ai préféré jouer sur les contrastes, c’est donc pour un blanc éclatant que j’ai opté. Dois-je vous préciser que je suis aussi sous le charme de la qualité du fil, l’épaisseur y est sécurisante et le côté rustique flatte le caractère artisanal de l’objet avec charme.
  • Le nombre d’élastiques que vous voulez retrouver à l’intérieur de la couverture (quatre dans le cas actuel)
  • puis vous définissez le nom sur l’étiquette qui sert de marque page. J’ai décidé d’y faire plutôt inscrire le qualificatif « pugnace »
  • Il vous reste ensuite à ajouter toutes les personnalisations qui vous passent par la tête, depuis un motif à imprimer sur le cuir jusqu’à des effets.

Dans ce format, et avec ces options, la couverture Morgan le Fae’s coûte 57€. Le rapport qualité-prix de cette pièce est très bon, surtout avec une teinte de cette qualité et une couture à la main aussi joliment réalisée. Pour moins de quinze euros supplémentaires, j’ai fait ajouter le motif noir que vous voyez et l’effet vieilli sur le pourtour de la couverture.

Monique Vanmeulebrouk

Le motif que j’ai retenu était « stamped option: Vintage » pour 5€ supplémentaire (le combo: cuir nu légèrement vieilli et impression dans ce rouge vif tirant sur le fuchsia « on fire » est sublime!!)avec le « distress add-on » pour 9,50€. Ce dernier est moins justifié ici pour le tarif, mais je souhaitais que la pièce que j’allais recevoir aient des variations de couleur supplémentaires. L’effet est relativement discret, mais vous pourrez le noter au niveau des coutures: le vert s’y fait plus clair et offre un contraste encore supplémentaire avec les coutures de fil blanc. J’avais pas mal hésité sur la nécessité de l’option, je la trouve un peu sur tarifée par rapport au reste, et pourtant je la commanderai de nouveau si l’occasion se représentait!

Si vous préférez les couvertures avec des pochettes, vous pouvez tout à fait demander à ce que le motif soit repris à l’intérieur de la couverture sur les poches.

Depuis la commande il existe de nombreux autres effets que je rêverai de tester: le « color mix » qui vous permet de créer de magnifiques nuances, le sublime « edge distressing add-on » qui donne un caractère antique, … Au niveau des motifs qui peuvent être insérés sur la couverture, de nouveaux ont fait leur apparition. Je trouve l’effet des lignes d’écriture avec les auréoles de tasses et les taches d’encre réussi par exemple. Des raisons supplémentaires de commander de nouveau auprès de Morgan le Fae’s (qui a dit que ce serait encore pour moi?).

Morgan le Fae"s Trinkset

Les deux carnets qui apparaissent sur la photo proviennent aussi de la boutique de Monique. Je reviens très vite pour vous en parler plus en détail, en plus des couvertures, il y a d’autres jolies créations sur la boutique Morgan le Fae’s et sur celle aussi hébergée par Etsy.

Mes impressions sur la qualité de la confection de Morgan le Fae’s: 

Comme annoncé dans l’introduction, je suis complètement sous le charme de cette réalisation. Par contre, je suis consciente qu’elle ne pourra pas plaire à tous les publics. La raison première étant que le cuir est particulièrement résistant. Le carnet est peu épais comme vous l’avez vu sur les photos, et pourtant la pièce de cuir possède une tenue surprenante. Cela possède à mon avis un atout et un inconvénient: il est facile d’écrire en tout lieu sur ce support résistant (votre cuisse, dans l’air et même debout au milieu de la rue, pas besoin d’appuyer le carnet contre quoi que ce soit pour écrire), il faut tenir le carnet ouvert pour pouvoir s’épandre sur le papier. Dur de prendre des notes donc à partir d’un autre support à tenir ouvert de l’autre main, comme un livre de cours ou un beau recueil de poèmes.

Les coins de la pièce de cuir sont à peine arrondis, et pourtant, minutie de la couture et des finitions oblige, on a l’impression que l’ensemble est mi-strict, mi doux. Les bordures de la couvertures ont aussi été teintes et elles ont été scellées pour vieillir harmonieusement avec l’ensemble.

L’élastique est très agréable à utiliser et s’est avéré immédiatement de la bonne taille (pas d’ajustement nécessaire) et avec la résistance optimale à l’usage.

https://www.instagram.com/ladyfalcontn/

Commentaire de la rédaction: les carnets réalisés avec les coutures rouges sont des confections personnelles, merci de ne pas critiquer. Juste pour vous montrer que selon la taille que vous choisissez si vous décidez d’exécuter vous même vos carnets vous ne devriez pas non plus connaître de limites. 

Au niveau de l’odeur, il y a peu de choses à en dire. Au début je percevais le parfum de la couche de protection sans doute, puis plus grand chose. Ne vous attendez pas à un cuir au parfum envoûtant comme celui de mon Ice Cherry de chez Joey.

L’intérieur de la couverture de Morgan le Fae’s est d’une couleur coordonnée à l’ensemble. Je sais qu’au départ, je n’y tenais pas, préférant les finitions plus naturelles. Malgré ce sentiment, à l’usage cela confère un certain repos de l’oeil d’avoir une unité. Je joue même maintenant à coordonner la couleur des carnets internes et de l’encre avec laquelle je les remplis à celle de la couverture pour créer une jolie harmonie. Deux encres se volent tour à tour la vedette dans ce rôle la Sherwood Green de Diamine et la Jane Austen de De Atramentis. L’inconvénient de l’intérieur teinté est qu’il perdra sur le long terme ses jolies couleurs alors que l’extérieur en patinant ne changera pas autant.

Morgan le Fae"s Trinkset

Non, je n’utilise pas les quatre élastiques présents à l’intérieur de la couverture, alors pourquoi en commander quatre me direz-vous…? Il est plus facile de glisser des documents et de les faire tenir sur les élastiques vides, cela n’entrave pas l’écriture. L’autre raison c’est qu’en déplacement pour une durée plus longue, je peux ajouter au besoin un nouveau carnet qui servira à prendre des notes en complément des informations sauvées sur les autres.

Qu’en est-il à l’usage de cette couverture par Morgan Le Fae’s?

Comme écrit plus haut, j’ai reçu cette couverture en septembre. Depuis la réception, pas une seule fois elle n’a quitté mon sac à main entre deux déplacements. Elle est venue absolument partout et a servi en toutes circonstances. Des entretiens d’embauche mentionnés, aux quelques jours de vadrouille à l’étranger. A l’heure actuelle, malgré les traitements violents subis, je ne déplore aucune rayure, aucune marque ni accroc. Les seuls éléments qui manifestent ces mois en ma présence sont les marque pages, un peu plus clair dans leur dernier millimètre et l’élastique noir extérieur un rien plus lâche.

https://www.instagram.com/ladyfalcontn/

Je ne regrette pas non plus les coutures blanches devenues un peu grises. Je suis toujours subjuguée par les qualités de cette réalisation de Morgan le Fae’s, par la pièce de cuir en elle-même et sa manière de vieillir. Pas un instant j’ai regretté la moindre des personnalisations choisies. J’ai même actuellement envie d’en découvrir davantage… Quelles seront les prochaines tailles, couleurs, personnalisations et usages? Si vous vous languissez déjà à l’idée de laisser derrière vous cette revue du travail de Monique, pas d’inquiétude, j’ai une autre pièce de sa confection en ‘Coffee latte » à vous présenter ainsi que les jolis carnets qui accompagnaient la commande.

Surtout si vous avez fait réaliser quelque chose par Monique, ou commandé une pièce de chez Morgan le Fae’s Trinkets, montrez cela en commentaire. J’ai hâte de lire vos réactions et vos avis sur ce joli travail d’artisanat.