Bougie Tabac Miellé de la Belle Mèche

Aujourd’hui je vous propose mon opinion sur la bougie Tabac Miellé proposée par la Belle Mèche.

J’ai sélectionné cette senteur car j’étais à la recherche d’une association autour du tabac. J’avais apprécié celle proposée par Fictitious Fragrances « Sherlock’s Study » ainsi que la Lounge d’Amsterdam d’Alcante. Je voulais une qui puisse prendre leur suite et j’avais bien une idée en tête. Il s’agissait de la Feuilles de tabac et gousse de vanille de la collection Mosaïq de Salt City. Malheureusement, elle est désormais introuvable. Après quelques recherches, j’ai décidé d’offrir une seconde chance à la boutique La Belle Mèche.

Pourquoi prendre cette bougie? Parce que je trouvais l’association du Tabac et du Miel moins risquée et plus harmonieuse que celle du tabac et de la vanille. En effet, cette dernière peut très rapidement donner un caractère gourmand ou artificiel à la senteur.

Bougie Tabac Miellé de la Belle Mèche

Qui se cache derrière la Belle Mèche?

La Belle Mèche est une société française qui s’appuie sur le savoir faire d’un artisan cirier pour produire des bougies parfumées aux senteurs de Grasse.

Je cite l’information que l’on trouve sur leur page d’accueil:

Les bougies parfumées sont fabriquées de façon semi-artisanale. Ces bougies réussissent le délicat mélange entre une cire végétale de haute qualité et les meilleurs parfums de Provence (Grasse).

La bougie est composée de 190g de cire de soja pour une durée de vie annoncée de 50 heures (ça me paraît beaucoup par rapport à l’impression que j’en ai). Son prix est de vingt-neuf euros.

Bougie Tabac Miellé de la Belle Mèche

 

Senteur de la bougie Tabac Miellé de la Belle Mèche

Sur le papier, elle aurait tout pour me plaire. L’odeur du miel que j’apprécie tant, et la touche de nouveauté avec le tabac. Laissons la marque décrire la senteur:

La senteur Tabac Miellé réussit le savant mélange des notes chaudes et sèches du tabac avec celles plus douces et sucrées du miel. Gourmande, elle nous rappelle l’odeur du tabac blond Amsterdamer©. Elle s’utilise plutôt dans un salon ou une bibliothèque en fin de journée pluvieuse, pour vous réchauffer les sens.

Le miel prend la vedette de la senteur, ses notes sont chaudes, douces et sucrées. Elle sont proches de celles que l’on trouve dans les Bougies la Française. On retrouve derrière de fines touches d’un tabac blond. Il rappelle l’odeur des feuilles séchées de façon discrète. Cela contrebalance l’odeur de miel, et le détourne de son penchant gourmand. La composition prend alors du caractère, et se présente comme une agréable compagne entre le café post-déjeuner et l’heure du thé. Une pause pour prendre un bon livre et s’évader. Elle s’associait particulièrement bien avec le roman Au Revoir Là-Haut de Pierre Lemaitre que je lisais en parallèle. Elle crée une odeur de club masculin, de golf par exemple, elle pourrait aussi être agréable à sentir en revoyant le film Out of Africa

Bougie Tabac Miellé de la Belle Mèche

Concernant sa diffusion, elle est similaire à celles des bougies françaises, si vous connaissez une bougie Durance, Quali-Art, Bougies de Charroux ou Bougies la Française vous pouvez vous en faire une relativement bonne idée. C’est discrètement présent, sans se faire oublier et sans jamais devenir envahissante. Le propre d’une senteur d’ambiance ou d’intérieur. Elle est bien plus discrète que la Lounge d’Amsterdam d’Alcante par contre.

En définitive, je trouve la senteur de Tabac Miellé réussie, par contre, je ne la reprendrai pas plein tarif et continue ma quête. J’ai d’autres références en tête, notamment Rhum Tabac de Bougies la Française ou Havane de Gilles Dewavrin, mais aussi Feuilles de Tabac de Miller Harris, Ambre et Feuilles de tabac de Marschalle, Tabac et Bois de Santal de Sydney Hale… Si vous en voyez d’autres susceptibles de me plaire, je vous écoute!

7 Comments

  1. Répondre

    Jusqu’à présent les odeurs de tabac ne m’ont jamais attirées, j’ai le souvenir d’une odeur de tabac trop forte lors des visites d’usines, du coup j’ai peur de cette odeur alors qu’en bougie ça doit être agréable! Puisqu’on a souvent les même gouts ça me donne envie dd’en tenter une, je pense que je craquerais pour la sherlock’s study!

    • Répondre

      Pour toi Lucile c’est pas la senteur que je recommanderai pour commencer, elle est assez fraîche, verte et humide. Pour s’habituer il faudrait peut-être une odeur un peu plus « chaude ». Si je trouve, je te tiens au courant!!

  2. candelista

    Répondre

    Pour un commentaire sur la senteur, je passe mon tour, ce n’est pas mon rayon.
    Par contre, en ce qui concerne la société « la belle mèche », j’ai à dire.
    Cette société, composée d’une dame marketing et d’un monsieur informatique,
    fait faire tout le travail par d’autres: l’artisan-cirier doit être un faiseur provençal style  » Bougies&Senteurs » ou peut-être Gilles de Wavrin,' ».
    Peut-être que l’un ou l’autre colle des étiquettes et fait les paquets..
    Madame ignore ce qu’est un Maitre-Artisan-Cirier et exprimait quelques doutes à me voir arborer ce titre.
    Les bougies sont quelconques: petit verre transparent sans recherche, étiquette et package quelconques .
    Je n’aime pas les gens qui n’y connaissent rien et qui veulent faire du fric vite fait avec ce qui est dans l’air du temps.
    Bougies beaucoup trop chères, par rapport à l’objet en lui même
    Candelista.
    P.S. Gilles de Wavrin fait des parfums de très grande classe, lui.

    • Répondre

      Bonsoir Candelista,
      Alors, pour quasiment le même prix la prochaine fois je me tournerai vers celles de Gilles Dewavrin alors. Les parfums y sont nombreux et séduisants, j’ai vu qu’il y en avait même eu à l’amande… et comment résister à une qui s’appelle Traviata? Merci pour le conseil alors et le prochain achat sera alors Havane!
      Je suis aussi déçue que le nom de l’artisan n’apparaisse pas, même si je peux comprendre leur souhait de ne pas divulguer l’artisan derrière leur commerce.

    • Répondre

      Bonjour Candelista,
      Intéressant votre commentaire. Il semble que vous n’ayez pas bien compris la démarche de La Belle Mèche. Laissez moi vous expliquer.
      La Dame Marketing a un prénom : c’est Laura. Elle s’occupe de créer les produits avec des parfumeurs et un cirier. Elle travaille sur le packaging et sur tous les nouveaux projets (type éditions limitées).
      Le Monsieur Informatique a également un prénom, c’est Pierre (moi). Je ne m’occupe absolument pas d’informatique puisque nous travaillons avec une agence pour ce métier. Je travaille à animer le site ecommerce de la marque et également de la distribution physique dans les 60 points de vente français et mondiaux qui distribuent aujourd’hui la marque.
      Je ne sais pas ce que Madame (ou Laura) vous a fait mais je doute qu’elle ait exprimé quelques doutes sur votre « titre » de Maitre-Artisan-Cirier. Nous sommes très heureux de travailler avec un excellent cirier.
      Si vous avez besoin d’en discuter, je vous invite à nous appeler. Nous en serions ravis. Voici notre numéro : 0475217906 !
      A très bientôt, j’espère.
      Pierre, Co-Fondateur de la marque de bougies La Belle Mèche

  3. Répondre

    Merci pour cette jolie mise en situation, comme toujours.

    Je n’ai jamais franchi le pas de la bougie au tabac même si, à froid, Lounge Amsterdam m’avait parue réussie.

    Clara

    • Répondre

      Maintenant j’ai la bougie Havana de Gilles Dewavrin dans la tête… et donc oui, je risque de reprendre une bougie au tabac. Et j’ai aussi hâte de pouvoir « compléter » ma collection Havana avec ma belle de Woodwick.
      La lounge d’amsterdam est bien plus originale dans sa composition et sa diffusion est plus forte. Je l’apprécie mais comprend qu’elle puisse rebuter certains nez!!

Laisser un commentaire