Stylo-Plume Van Gogh de Visconti

Après plusieurs mois d’utilisation, voici que je souhaite vous présenter une petite oeuvre d’art parmi mes plumes, il s’agit du stylo Van Gogh de Visconti, que je possède dans la déclinaison « Nuit étoilée » (Starry Night).

Visconti est une enseigne italienne, basée à Florence, connue pour la qualité de ses plumes et de la composition de ses stylos (notamment le Feed en ébonite)

Van Gogh de Visconti

Petite précision, La gamme Van Gogh de chez Visconti compte de nombreuses références, le principe étant de s’inspirer des couleurs et des textures des tableaux du maître pour en proposer des versions adaptées à l’apparence de stylo-plumes. Il existe des déclinaisons multiples en termes de créativité… mais aussi d’éditions sorties. Ici, il s’agit de la version du stylo qui a été arrêtée en 2002 et qui possédait une plume en or 14k.

Comme vous le voyez sur les photos, le capuchon a été gravé. On y retrouve le symbole de Visconti et le nom de la collection. Le stylo possède aussi une attache originale avec un système breveté. Je n’en ai pas compris les grandes lignes, mais à l’usage il se révèle bien plus solide que ce que l’on trouve habituellement, plus facile à utiliser et sans risque de déformer l’agrafe. Un très bon point!

Van Gogh de Visconti

Il est difficile de trouver des informations concernant cette version discontinuée. Ce que j’en sais c’est que le corps est constitué d’un mélange original de résines naturelles et synthétiques (acrylique). Cet assemblages assez particulier propose des effets très originaux dans la fusion des couleurs, leurs effets et offre une transparence au corps du stylo. Suivant la lumière il est possible de voir la plume, la couleur de l’encre, etc.

Van Gogh de Visconti

La fermeture du stylo est originale, qui permet une ouverture simplifiée en un petit quart de tour seulement du stylo. Malgré cette ouverture ultra-rapide, le capuchon tient de façon sécurisée, même s’il faudra le promener avec une certaine attention par rapport aux systèmes à vis traditionnels. Le gros avantage du système réside dans le toucher du stylo, il n’y a pas de démarcation sous les doigts lorsque l’on caresse le corps du stylo. Cela limite les problèmes de gêne lors de l’écriture. Le design est vraiment très réussi autant sur l’apparence que sur le soin apporté à la confection générale.

Van Gogh de Visconti

La section est en métal, pour autant elle est très facile à tenir et ne glisse pas. Sous les doigts, elle se sent à peine et son toucher est agréable, en quelques secondes la section devient à la même température que les doigts, cela en fait comme un prolongement. Du fait de cette partie métallique, et parce que le stylo est assez imposant, le poids du stylo est bien plus imposant que la norme. Il pèse autour de 45g, sachant que le capuchon représente un tiers du poids total.

Van Gogh de Visconti

Le jeu avec les rayons du soleil ou de toute source lumineuse est toujours très gratifiant du fait du jeu de transparence et de l’impression que les coups de pinceaux ont été directement portés sur le stylo.

Toujours en le comparant à mes autres stylo-plumes, sa plume est juste immense. Le stylo fait partie des plus grands stylos qui existent, pour autant la plume n’est pas proportionnelle à sa taille. Pas dans les proportions dont on a l’habitude. Bien plus imposante même que la plume d’un Pélikan 1000, d’un Omas ou que n’importe quelle plume de mastodonte. Sa taille est aussi impressionnante en longueur qu’en largeur.

Van Gogh de Visconti

Le convertisseur est clairement d’une grande qualité, il respire la solidité, se visse à la section du stylo-plume se qui assure une grande sécurité, sa vis est en métal comme la moitié du corps annonciateurs d’une grande longévité. De très bons points donc.

Van Gogh de Visconti

Qualités de la plume du Van Gogh de Visconti

Venons-en maintenant à son objectif premier: l’écriture et les qualités de cette plume si immense et au design si italien. Avez-vous noté l’apparence bicolore, les ramages de part et d’autre de la fente?

J’ai choisi la plume en format M. A la réception j’ai été assez déçue et il a fallu que je démonte le stylo-plume pour aligner le Feed en ébonite et la plume. Le décalage existant entre les deux ne permettait pas à l’encre de couler aisément, ni même de remplir le stylo facilement (autant d’air que d’encre étaient aspirés dans le convertisseur).

Van Gogh de Visconti

Cette plume possède une grande souplesse et offre de grandes capacité de jeux sur l’épaisseur de l’écriture. Au vu de la taille de la plume, je craignais que la prise en main soit compliquée. Je tiens mes stylos au plus près de la plume, ce qui fait que la distance entre mes doigts et le papier est la plus proche possible. Avec une plume aussi grande, il faut « prendre de la hauteur » et apprendre à jouer avec cette distance. Cela offre la même impression que lorsque vous passez d’une voiture de course faite pour être au plus proche du sol, où vous sentez la moindre aspérité de l’asphalte à un quatre quatre, haut sur roues, qui défie la route et les kilomètres sans accuser aucun à coups ni fatigue.

Van Gogh de Visconti

A mon sens, ce n’est pas un stylo à employer pour de la prise de note rapide ni pour un usage en promenade ou quotidien. C’est le stylo à dédier aux moments où vous souhaitez prendre du temps, écrire pour le plaisir des mots et de l’écriture. Il semblerait que ce soit suite à de nombreux retours négatifs sur les plumes que Visconti avait décidé de cesser cette collection en 2002. Heureusement ils l’ont reprise depuis avec un design très légèrement différent et surtout des plumes en acier. Si ces collections vous intéressent, n’hésitez pas -par exemple- à visiter leurs collections, celle appelée Salvador Dali était si réussie!

Plaisir de l’écriture du Van Gogh de Visconti

Grâce à un équilibre impressionnant dans la conception du stylo, et malgré son poids si lourd pour mes mains inhabituées, je ne perçois aucune crispation ni lourdeur à l’usage. Le stylo donne l’impression de se tenir tout seul. Dois-je préciser que je ne m’en sers pas avec le capuchon posté? Pas que ce ne soit pas possible, mais je ne le fais avec absolument avec aucune de mes plumes, ce n’est clairement pas avec la plus lourde que je vais commencer!

Van Gogh de Visconti

Test sur du papier Clairefontaine vélin 90g/m2 pour le Rhodia Webnotebook

Première impression: la douceur de l’écriture. C’est comme écrire comme sur du coton, il n’y a aucun retour des fibres du papier, pas d’accroche. Le tout est d’une fluidité impressionnante. Avec un petit côté frustrant pour ceux qui rechercheraient l’énergie et le dynamisme des stylos japonais qui possèdent le tranchant d’un katana. Ici c’est juste beaucoup de souplesse, de douceur et de glisse.

Van Gogh de Visconti

L’explication de cette douceur si caractéristique est simple: le stylo est extrêmement généreux dans son débit. Si vous n’aimez pas attendre que vos encres sèchent, ne vous attardez pas sur ce stylo, quelque soit la marque choisie votre encre sera incapable de sécher instantanément!

Van Gogh de Visconti

Sur du papier japonais Apica

Pour ces tests, comme je l’ai indiqué, j’ai décidé d’utiliser l’encre Black de Sailor, pour ne pas mettre une encre trop juteuse dans un stylo qui se montre déjà généreux!

http://www.visconti.it/it/catalogo/

Evidemment, avec une telle abondance, vous avez tout intérêt à choisir avec soin le papier que vous lui dédiez. Voici quelques tests réalisés sur du bristol pour vous donner une idée de la réaction.

Van Gogh de Visconti

En rédigeant ces lignes, je me suis refusée à repasser sur les endroits où le stylo marquait un retard dans l’écriture, vous trouverez donc quelques virgules juste terminées, et quelques -s à moitié dessinés seulement. En fait, l’angle d’écriture est crucial et si vous commencez ces lettres avec la plume légèrement sur l’angle, le stylo ne répondra pas. Il lui faut de même une petite pression pour réagir, mais étant donné son poids, la pression vient du stylo lui même et non de votre prise en main.

Van Gogh de Visconti

Par contre, comme vous avez pu le voir sur les images au début de ce paragraphe, ce stylo réagit très bien sur du papier Clairefontaine ou sur le papier Midori. Le papier Apica, qui possède un toucher moins régulier, rend moins justice au stylo, de même que le papier Oxford.

Van Gogh de Visconti

C’est clairement sur ce support que je préfère écrire avec le Van Gogh de Visconti, quitte à bénéficier de cette douceur si impressionnante, autant utiliser le papier le plus lissé et glacé que je connaisse! Il réagit de manière extrêmement intéressante à une telle humidité, jetez donc un oeil au dos de la page ci-dessus.

Van Gogh de Visconti

Au final, que dire?

Je suis très heureuse de pouvoir tester cette plume remarquable et aussi originale. Il s’agit clairement d’une plume qui sort de ce que l’on rencontre habituellement, qui offrent un « espresso » des qualités italiennes des plumes. Je regrette simplement que ce ne soit pas un stylo pour un usage quotidien et à l’aise sur tous les supports. C’est le stylo « caprice », pour s’accorder un moment posé et appliqué, pour choisir du papier de qualité et rédiger quelque chose que l’on souhaite conserver ou partager. Aussi agréable à utiliser qu’à contempler, ce stylo et sa plume se veulent de petites oeuvres d’art.

Evidemment, une telle expérience donne envie de tester aussi les créations italiennes de Stipula, Omas, Delta, Aurora, … et la générosité de leurs plumes. N’hésitez pas à laisser des commentaires si vous en connaissez… Merci pour votre lecture!

1 Comments

  1. Répondre

    Je n’ai plus de plume depuis un moment, mais je cogite pour m’en offrir de nouveau, j’écrivais beaucoup avec et j’aimais beaucoup ça. Je craque littéralement sur ce modèle, pourtant je pense que ce ne serait pas forcément le plume le plus adapté à mes besoins… Mais là, j’ai un véritable coup de coeur !

Laisser un commentaire