Lorenzo Dini Firenze: couverture en cuir A5

Vous cherchez des couvertures en cuir de qualité, à un prix modique, sans vouloir les réaliser vous-même? J’ai peut-être trouvé une piste pour vous… en cuir toscan et auprès d’un petit artisan. Qui dit mieux?

LorenzoDiniFirenze

A la recherche d’une couverture dans un format plus grand qu’habituellement, A5, je me suis heurtée aux prix des couvertures. En effet, la taille d’une pièce de cuir pour un tel format est conséquente, le prix d’une couverture toute faite l’est tout autant, surtout si l’on recherche une pièce de cuir de qualité relativement uniforme. J’avais hésité avec quelques autres enseignes qui mettent le cuir en avant-première (je n’avais pas besoin de pochettes, de coutures…) et qui proposent des tarifs contenus: sur le site Etsy c’étaient démarqués  JilsWildLifeEternalLeatherGoods et ButeoBunker. Mon choix s’est tourné vers l’artisan italien, aux prix les plus contenus frais de port inclus et à la qualité du cuir visiblement apte à tenir dans le temps.

Qui est derrière « Lorenzo Dini Firenze »?

Cet artisan propose une boutique en ligne sur Etsy, physiquement il oeuvre depuis Florence en utilisant du cuir de vache italien (toscan pour rester dans la région!). J’ai découvert assez récemment cette boutique et je ne pense pas qu’elle soit hébergée sur le site depuis longtemps. Sa spécialité est la personnalisation de couverture à l’aide de la pyrogravure.

LorenzoDiniFirenze

PS: suite à un commentaire très juste, depuis la publication de l’article, le nom du site Etsy a changé, il s’agit désormais de « LoVeAndCraftShop », j’avoue que je suis moins sensible à cette nouvelle nomination… Pour autant, il s’agit bien du même artisan! Autre nouvelle, en utilisant le code FREESHIP vous obtenez les frais de port offert jusqu’au 15 décembre! 

Spécificités de ces couvertures

Ce que je recherchais était assez spécifique: une couverture pour réunir plusieurs cahiers A5 (j’en utilise à la fois deux ou trois dans cette couverture), afin de pouvoir les changer en fonction de leur remplissage et de leur intérêt. Ainsi, avant de partir en déplacement ou en réunion, je peux réagencer les cahiers à l’intérieur de la couverture pour répondre aux besoins.

Le cuir utilisé possède une épaisseur de 2 à 3 millimètres, ce qui est amplement suffisant pour servir de couverture. Son odeur est celle des cuirs italiens, je retrouve l’exquis parfum de ma paire de gants florentins et de mon portefeuille. C’est une odeur riche et je ne sais pourquoi « grasse » à mon esprit de cuir. C’est opulent et enivrant. Une belle odeur de cuir comme j’y suis habituée. il suffit d’ouvrir la couverture pour que je la perçoive.

La couleur, et la seule proposée à ce jour, est « aged brown ». Il s’agit d’une couleur chocolat qui souligne les variations naturelles du cuir comme les veines ou les cicatrices. Les bordures ont été teintées aussi, ce qui offre un rendu homogène et heureux. Les coins de la couverture sont arrondis pour lui octroyer un charme supplémentaire.

wp_20161006_12_30_48_pro

Du côté du choix, il était assez limité, je cherchais un modèle simple, c’était donc parfait! Une seule teinte, pas de fioritures, le seul choix que vous avez en dehors de la taille est celui du nombre d’élastiques internes. J’en ai pris six, tout en sachant que je ne comptais pas mettre plus de trois cahiers. J’ai découvert qu’il était pratique d’avoir des élastiques pour glisser des documents, des présentations imprimées en A4 et pliées en deux, etc… du coup, je savais qu’ils serviraient. Grand bien m’a pris de choisir les six élastiques. En effet ils sont d’une épaisseur minimes et paraissent fragiles (ce qu’ils ne sont pas, mais cela me change tellement des 2mm d’épaisseur de ma vache taïwanaise!). Du coup, deux élastiques me servent à maintenir un cahier. J’en ai dédié un à la pochette que j’ai réalisée (le planisphère) et un pour les présentations. Si j’avais un élément à changer sur la confection de cette couverture en cuir, ce serait la qualité de ces élastiques internes.

Petite originalité de la confection: la partie métallique où les élastiques internes sont attachés. C’est assez pratique à l’usage: je sais toujours dans quel sens attraper mon carnet! Autre point: deux œillets sur la tranche pour permettre à l’élastique extérieur de sortir de part et d’autre, signe supplémentaire de solidité pour un usage nomade.

Mon avis

J’ai été très impressionnée par la qualité de l’emballage et par le soin qui y était apporté. Je me suis crue à Noël en déballant ma boîte puis le craft, puis le papier de soie, et encore du papier de soie, et de nombreuses ficelles, … Un moment où l’on sent le plaisir de la découverte croître.

wp_20161006_12_31_34_pro

Le délais de réalisation était très court ainsi que celui d’envoi et de réception. C’est un vrai bonus quand on se tourne vers ce type de réalisation artisanale. Il a fallu une semaine entre la prise en compte de la commande et la réception. Les dimensions générales de la couverture sont parfaites pour l’usage que je souhaitais en faire. Elle recouvre bien les deux cahiers sur chacune de leur tranche sans proposer de débordement excessif. Cela permet d’avoir un ensemble léger, sûr et facilement transportable. Le porte-stylo sur la tranche offre une sécurité supplémentaire pour maintenir l’ensemble en place. et protéger la tranche.

En tant que porte-stylo, je m’en sers pour changer de salle de réunion, sinon j’avoue qu’il ne me sert qu’à protéger la tranche et à apporter un élément de style en plus.

Dans les détails amusants, le système d’attache de l’élastique extérieur est original: au lieu de réaliser un nœud à l’intérieur de la couverture pour ajuster l’élastique, l’artisan a réalisé la jonction à l’extérieur de la couverture, et à l’intérieur du porte-stylo. Cela empêche que ce dernier se promène le long de l’élastique. Au point de liaison des élastiques, je note qu’ils ont été fondus ensemble puis cousu avec de la ficelle qui les lie. Cette façon de faire offre l’avantage de ne pas avoir de nœud à l’intérieur du carnet.

wp_20161006_12_31_48_pro

Malheureusement, comme l’élastique était trop lâche pour tenir en place la couverture, j’ai tout de même dû en faire un…

Comme vous le constatez, l’intérieur aussi est teint et offre de belles variations de couleur. Je ne m’y attendais pas dans la mesure où les photos du site présentaient un intérieur resté naturel. Après presque deux mois d’utilisation quotidienne, je note que la teinture intérieure se patine et tend à s’éclaircir pour laisser davantage apercevoir les caractéristiques du cuir. Étonnamment, ce doit être un effet de la teinture, cet intérieur est presque lisse, comme la partie extérieure de la couverture. D’habitude, les cuirs traités et teints naturellement se montrent plus « pelucheux ». L’aspect correspond bien à l’image d’ensemble donnée par la qualité de la couverture.

En règle générale, la couleur évolue depuis que je possède cette couverture. Le brun prend des teintes de plus en plus variées et j’apprécie vraiment le tour qu’elle prend. Il est aussi amusant de voir ce produit continuer à se métamorphoser sous vos yeux et vos mains, le brun se fait plus fauve, avec davantage de nuances. Je suis conquise.

wp_20161006_12_32_46_pro

Le cuir, rigide à la réception, est devenu souple après un gros mois d’utilisation quotidienne et est maintenant aussi malléable que ma couverture de Naked Cow. Je gage que le cuir va continuer à prendre forme et s’assouplir à mon usage (non, non, je ne suis pas une brute!) tout en gardant un certain maintien. Sang italien ne saurait mentir non plus!

J’avais hésité à prendre cette couverture en teinte naturelle plutôt que dans ce coloris brun. Les autres créations proposées sont toujours sur cuir naturel, il a l’air particulièrement beau. Je ne souhaitais aucune personnalisation pour pouvoir l’utiliser dans un contexte professionnel. En fait, je ne regrette pas mon choix de teinte, je pense que cela lui offre une plus grande souplesse d’utilisation, et une crainte moins grande de le tacher! En même temps, je tiens Kensington Blue à l’écart depuis son association avec ma Naked Cow!

Ah oui, et sans surprise, ce sont des cahiers A5 de Rhodia qui ont trouvé place dedans! Je vous les commente dans un futur article si cela vous tente. N’hésitez pas s’il vous reste encore des questions après lecture et bon long week-end à chacun!

6 Comments

  1. Répondre

    Ces couvertures toutes simples, sans fioriture, me parlent beaucoup, et ton article me donne envie d’aller voir de plus près ce que fait cet artisan ! C’est fascinant de voir l’évolution du cuir dans le temps, du coup, l’objet se renouvelle sans cesse !

    • Répondre

      J’espère qu’il va développer un peu son offre en restant dans cette veine, avec ce même cuir. A ce tarif en plus, cela en fait un objet intéressant sur la durée. Merci d’avoir pris le temps de laisser un avis!

    • Répondre

      Merci Annec pour votre commentaire, je vous remercie pour les précisions et viens de modifier l’article en conséquence. J’espère qu’il continuera aussi les modèles de base, qui ont ma préférence! Je n’avais même pas vu les coins dorés la dernière fois que je suis allée sur le site!

  2. candelista

    Répondre

    Bonjour, Florence;
    je suis très heureuse de vous retrouver.
    Ces carnets en cuir sont magnifiques ( plus c’est simple, plus j’aime) mais je suis une brute désordonnée et je ne peux pas utiliser de si beaux objets; mais merci de nous ouvrir à cet artisanat;
    Savez vous pourquoi l’art du cuir ( chaussures , sacs ) est si bien maitrisé par les italiens?
    Les français sont bons aussi ( j’ai eu des collègues qui m’ont fait tous mes sacs, cartables, même boite à bijoux en cuir) mais ceux que nous connaissons sont quand même très chers!
    Hermès, Vuitton et leurs copains!
    En Limousin, Saint Junien est la capitale de la ganterie , surtout cuir d’agneau, et une nouvelle entreprise propose des articles assez divers
    à prix d’usine; j’irai voir un de ces jours.
    A bientôt, Florence
    Candelista

    • Répondre

      Bonjour Candelista, un grand merci pour votre commentaire, toujours si constructif! J’ai une admiration pour le travail du cuir autant que pour celui de la cire d’abeille! Je cherche à percer certains mystères de ces professions avec bien des difficultés. En ce moment je cherche à en apprendre davantage sur les cuirs espagnols, notamment utilisés pour les chaussures, les gants italiens, les ceintures, les portefeuilles, les sacs à main, … C’est un vaste univers avec des types de cuirs presque aussi variés que les tanneurs! Et encore on peut pousser l’investigation jusqu’au bison américain ou vache mexicaine (qui provient des élevages de masse américains…)… Je continue à creuser le sujet avant de rédiger un article que je compte bien réaliser dans tous les cas! Cela m’a fait plaisir de vous lire!! Merci pour votre commentaire, Florence

Laisser un commentaire