Plume Pilot Decimo, décidons-nous pour un test!

Je suis au regret de vous annoncer que suite à la maladresse impardonnable d’un collègue, qui a préféré conserver l’anonymat que révéler son acte abominable, mon Sapporo fait triste mine avec son bec cassé… Voir mon volatile en si mauvais état et ma plume préférée m’abandonner suite à un combat aussi lâche m’a bien attristé. Histoire de remédier à la perte de la plume que j’utilisais principalement, mon quatre quatre pouvant s’aventurer sur n’importe quel terrain, mon sabre qui faisait chanter tous les supports, je me suis tournée vers des alternatives européennes et japonaises. Où allais-je jeter de nouveau mon ancre? Quel stylo serait à la hauteur pour remplacer mon compagnon quotidien?

J’ai sélectionné deux remplaçants potentiels… Je suis allée tester multitude de candidats en boutique, là où ils étaient proposés en libre accès. J’y allais et y retournais, ne pouvant faire mon choix et toute à la tristesse et à l’émotion des si beaux moments passés ensemble. Puis j’ai fini par commander les deux derniers adversaires qui me faisaient de l’œil sans pleinement me satisfaire. L’un d’eux était le Decimo de Pilot.

Decimo Pilot
Ce qui m’avait empêché de franchir le pas jusqu’à maintenant était l’agrafe du stylo positionnée de manière particulière. En effet le Decimo est un stylo rétractable. Très bon point au vu de mes collègues joueurs mais peu prudents. Du côté où la plume sort du stylo, une agrafe a été prévue pour le sécuriser dans une poche ou dans un porte-stylo. J’ai rapidement eu confirmation à la papeterie de Saint Michel que sur l’écriture de courte durée, ce n’était pas un facteur bloquant pour moi. Petit bémol dans la boutique, le stylo était testable en plume « large » sans possibilité de tester les autres tailles de plume. Du coup, préférant me tourner vers un moindre calibre, dans un prix contenu, j’ai fini par commander auprès d’Olivier Vidal (boutique « Cerisiers Japonais » sur Ebay) un Decimo bleu en plume moyenne.

Comme vous le constatez sur la photo ci-dessus le stylo est arrivé dans un plumier avec un système de recharge et une cartouche. On distingue aussi la garantie, rédigée en japonais et un modèle d’emploi d’une clarté sibylline si vous comptez commencer par recharger le stylo avec le « converter ». Heureusement les vidéos sont nombreuses sur la toile pour expliquer comment faire et pour les personnes curieuses, le système se révèle en fait enfantin une fois le stylo dévissé!

La contenance relativement limitée du « con-40 » de Pilot pourra en décevoir certains, pour moi qui recherche des stylos petits et légers, c’est le compromis parfait en termes de poids et autonomie.

Decimo Pilot

Allez, voici dans le plumier une photo de la timide plume du Decimo! En fait une fois le stylo dévissé, la taille de la plume est assez surprenante relativement à sa longueur. Quand on sait que le conduit doit rester immergé pour faciliter l’encrage du stylo, on se rend compte de l’importance d’utiliser un encrier et non un échantillon d’encre. Heureusement, une petite seringue et hop! l’affaire est réglée.

Caractéristiques du Decimo de Pilot: 

Vous allez me demander la différence entre le Decimo et le Capless de Pilot. Les deux stylos existent en partageant le même mécanisme mais en offrant deux tailles différentes. Le Capless par sa taille large est davantage tourné vers un marché dit masculin, je dirai plutôt pour les personnes possédant de grandes mains. Le second, à la circonférence plus contenue, conviendra mieux aux petits doigts (qui a dit « petits boudins »?).

Decimo Pilot

J’aime la forme effilée du stylo une fois la plume sortie. Le système s’avère encore plus pratique que ce que j’avais imaginé au quotidien. Vous devriez me voir en train de cliquer au ralenti pour voir petit à petit le système libérer la plume, la porte (type porte de garage qui s’ouvre vers le haut) s’abaisser pour libérer la plume. Pas une fois je n’ai eu à déplorer une goutte malencontreuse à la libération de la plume. Il faut croire que quelle que soit la fluidité de l’encre le système a été parfaitement conçue. Vous allez voir au fur et à mesure des photos le Decimo apprivoiser chacun des carnets. Il a eu le droit et la possibilité d’affronter de nombreux types de papier et de tester des encres tout aussi variées!

Pour ce qui sont attirés par une certaine apparence, je pense que ce stylo, quelque soit le fini dans lequel vous le choisissez ne devrait pas vous laisser indifférent. Je trouve qu’il présente de façon assez professionnelle, sans avoir l’exubérance de mon Van Gogh de Visconti!

Après les déboires avec le stylo Sapporo, j’étais bien décidée à en sélectionner un dont la plume pouvait se changer en cas d’accident. C’est le cas pour ce modèle comme pour l’autre que j’ai aussi sélectionné.

Qualités de la plume du Decimo de Pilot: 

Pour avoir fréquenté depuis quelques mois, qui font plus d’un an et demi, la plume du Pilot Heritage 92 (une plume 5 en or), je m’attendais à retrouver certaines caractéristiques des plumes Pilot dans cette nouvelle acquisition. En effet, la plume du Decimo est aussi en or (au vu du prix auquel il se monnaie en France, cela paraît un pré-requis!) et malgré sa forme particulière, pour s’intégrer au système rétractable, on peut s’attendre à des similitudes.

Decimo Pilot

Pour vous donner une meilleure idée de mes indices de comparaison, la plume Pilot 5 que je possède est en format FM (une fine moyenne). J’ai aussi possédé un Pilot Metropolitan en plume moyenne, acier. En plume moyenne japonaise en or, j’avais le Sapporo de Sailor. Je tiens à préciser cela car la plume Decimo m’a déconcertée.

Je m’en étais rendu compte lors des rapides tests en magasin. La plume est d’une douceur très particulière, vous avez l’impression en plume large, sur les feuilles glacées qui servent au test d’utiliser le Hovercraft du stylo-plume. Comme si une épaisseur invisible venait s’interposer entre le papier et lui pour lui offrir un coussin d’écriture. Quelque soit le papier, vous avez le même ressenti. Quand on connaît le caractère impétueux, un brin agressif de mon katana Sapporo, c’est certain, cela intrigue! La seule différence entre un papier de haute qualité et celui d’imprimante du travail à l’écriture est le bruit de la plume sur ce dernier. Sur les papiers qui accrochent le plus, la plume se révèle parfaitement silencieuse, sur les autres supports glacés elle émet comme un petit bruit qui n’est pas sans rappeler celui d’un snowboard sur de la poudreuse. Comme un bruit de frottement avant une perte d’adhérence, c’est infime mais crisserait presque en l’absence d’obstacles.

Au final, en taille moyenne cette plume ne m’offre pas assez de sensations, c’est le calme absolu, la sérénité quels que soient les supports, la vitesse d’écriture, les caractéristiques de l’encre. Jamais un raté, jamais un instant de sécheresse impromptu, même pas un petit démarrage impromptu ou maladroit. Non. L’expression complète de la sérénité. Avec même ce petit crissement quand l’ensemble s’avère trop parfait. A vous plonger dans une parfaite léthargie. Ou alors à vous donner des pulsions agressives…

Avis général sur le Decimo de Pilot

Ce stylo se révèle à l’usage d’une facture parfaite. Le compagnon idéal face à tous les aléas du quotidien, le mercenaire qui ne vous lâchera pas. La béquille sur laquelle compter en toute circonstance, sans aucune surprise, de quelque nature qu’elle soit. Un peu trop calme à mes goûts. Trop policé. J’aime bien évidemment son caractère parfait, mais il manque ce je ne sais quoi de rébellion, de piment ou de surprise qui en ferait un coup de cœur.

Decimo Pilot

Je me demande si en changeant la plume, force de ce stylo, et en en sélectionnant une fine je pourrai changer cette nature un peu tout terrain du stylo. Toutefois, je ne pense pas me séparer du stylo, malgré sa perfection car il est évident qu’il est toujours bon de l’avoir dans son camp.

En conclusion, je sais que je ne vous ai pas proposé de tests écrits, avec différentes encres et sur différents supports. La suite arrive dans un autre article, celui prenant déjà des proportions généreuses! A très vite donc pour la suite du test! J’attends avec hâte vos commentaires si vous avez eu la chance de tester cette plume et ce stylo rétractable. Avez-vous pu le comparer avec le Lamy 2000 qui possède lui aussi une petite plume encastrée? Merci pour votre attention et au plaisir de vous lire!

2 Comments

  1. Liloe

    Répondre

    Jolie revue. Je possède un Capless « taille adulte » 😉 en plume F et c’est très fin mais avec plus de « caractère » ou d’accroche. Et récement j’ai fait l’aquisition d’une plume de remplacement « stub » qui est très particulière, avec du coup du caractère à revendre. Mais à essayer impérativement en boutique avant car elle est vraiment spéciale même pour une stub.
    Pour avoir essayé un Lamy 2000 en magasin, cela n’a rien à voir. Plume or encapuchonnée mais ni la glisse ni la sensation d’écriture n’est comparable. A mon humble avis, rien ne vaut un essai avant achat pour ne pas se tromper 🙂

    • Répondre

      Ah, merci pour le commentaire! Décidément, je me dis qu’avec la plume F j’aurai définitivement plus de sensation et pas cette glisse trop parfaite… J’abonde dans votre sens en ce qui concerne les tests, sans eux je ne me serai jamais tournée vers le Decimo, persuadée que j’étais que l’agrafe se trouverait pile sous mes doigts! Bonne fin de semaine Liloe

Laisser un commentaire