Muji: sélection de papeterie – stylos

Voici une présentation de plusieurs stylos trouvés chez Muji et testés tout au long de l’année, cela va de stylos avec une encre gel, à un stylo-plume ou encore des surligneurs. Evidemment c’est la rentrée et il est de saison de faire un retour sur la papeterie utilisée au fil de l’année et sur les préférences d’utilisation. Bonne lecture donc de ces articles de chez Muji et si vous cherchez d’autres marques de stylos, attendez les prochains articles d’autres sont en cours!

Les stylos de chez Muji

Pour ces stylos, je vais comparer avec des références de chez Pilot connues, cela devrait vous permettre de vous en faire une meilleure idée.

Dans les stylos que je préfère auprès de cette marque japonaise sont les stylos « gel » à l’épaisseur de pointe de 0.38 et les stylos qui peuvent s’effacer. Je vais comparer le stylo effaçable au Frixion que l’on trouve chez Pilot et le 0.38 au 0.4 G-TEC-C maica que l’on trouve aussi chez Pilot.

Stylos Muji Alors l’effaçable.

Le premier constat que vous ferez est le fait que l’encre est vraiment très pâle, comparée à vos autres stylos gel noirs, vous la trouverez même grise. Par contre, elle s’efface bien mieux que celle de Pilot, qui coule de manière plus généreuse et qui est bien plus foncée. Le système de gomme fonctionne aussi bien dans les deux cas, il faut juste frotter un peu moins fort avec le stylo Muji et moins longtemps. Alors, si vous découvrez comme moi la forme spéciale du capuchon et surtout de la gomme qui le surmonte, ne prenez pas peur si en frottant délicatement vous ne parvenez pas à effacer vos écrits. Il faut y aller assez franchement, pas au point de froisser le papier, et allez dans le sens et non de la fibre pour tout effacer. C’est le mouvement qui efface l’encre, pas la gomme! Le stylo est bien plus fin en main que le Pilot et sa réserve d’encre tient bien plus longtemps que celle du Pilot. Par contre, vous n’aurez pas le confort de la section molletonnée du Pilot, juste quelques rainures pour empêcher vos doigts de déraper sur le plastique. La mine « aiguille » est très agréable à utiliser et me rappelle la précision assez redoutable du 0.4 de chez Pilot. L’intensité de l’encre (un gris moyen au lieu d’un noir) est vraiment le défaut principal de ce stylo.

Stylos Muji

Passons au stylo en taille 0.38

C’est avec mes stylos-plumes celui que j’utilise le plus au quotidien, principalement avec l’encre noire, j’utilise aussi régulièrement le bleu et le vert. J’apprécie tellement l’intensité de sa couleur, que ce soit le noir brillant et profond ou le bleu intense et lumineux, le vert vibrant et original. Sur ces points, Pilot a du mal à faire aussi bien, même avec la gamme 0.4 que j’apprécie tant. Le diamètre des deux stylos est similaire, le confort pour les tenir identiques. Le Muji est bien plus court et pour autant tient aussi longtemps. Etonnement pendant mes tests, l’écriture avec le stylo 0.38 s’avère plus large qu’avec le 0.4 de Pilot. J’ai approfondi le test en le comparant à trois autres marques de stylos avec une mine de 0.35 (Micron Sakura, Graphic, Faber-Castell) et définitivement, le 0.4 de Pilot se rapproche davantage d’eux. Par contre, en intensité des couleurs et en termes de contraste sur différents papiers, c’est toujours le Muji qui s’en sort le mieux! Pour les couleurs vertes et bleues, la mine du stylo correspond bien mieux à la taille indiquée, il est comparable aux autres références et le trait est plus fin que celui du noir.

Stylos Muji

Ces stylos existent dans plusieurs autres formats, en 0.5 par exemple, qui est bien mieux représenté en boutique et dont le trait ressemble à une plume moyenne. Ils peuvent se recharger, vous trouverez juste les mines par lot de 10 ou à l’unité aussi en boutique. En parlant de plume… voici que se rapproche la présentation du stylo-plume…

Les surligneurs de chez Muji

Cette fois, autre comparaison possible, pour vous donner une bonne idée de leur qualité, je vais les comparer à ce que l’on trouve chez Staedtler.

Surligneurs Muji

Petite note, étonnamment les surligneurs de Muji sont fabriqués en Corée pour ceux qui sont rétractables et au Japon pour ceux qui sont à double mines. Ces deux options sont relativement originales par rapport aux modèles que l’on trouve chez les marques concurrentes. Autre fait étonnant, les agrafes se détachent sur le modèle rétractable et sur les deux modèles elles sont suffisamment rigides pour être aisément utilisées.

Muji surligneur fluo

Le jaune est assez clair et met bien en valeur les encres noires, par contre il n’est pas très intense. Donc pour relire vos notes à la lueur d’une ampoule jaune, cela va être compliqué de retrouver les parties surlignées. Par contre dans la même collection, l’encre orange est assez soutenue bien que le orange ne soit pas foncé, du coup vous ne risquez aucun problème de relecture.

Surligneurs Muji

Pour les modèles à double embout, vous découvrez d’un côté une plume fine et de l’autre relativement épaisse qui offre la même largeur que les surligneurs rétractables. L’aspect versatile du fluo est intéressant, cela permet et souligner certains passages, de créer des cadres facilement, de séparer des sections dans vos écrits, etc tout en mettant des passages en lumière avec le côté large. Je trouve que ces modèles se montrent plus tolérants avec les stylo-plumes, leurs encres bavent bien moins qu’avec la marque Staedtler ou même avec les modèles réalisés en Corée toujours par Muji. Je trouve la couleur verte particulièrement réussie, elle s’avère plus pâle que ce qu’elle laisse paraître et s’associe facilement avec de nombreuses teintes d’encre. Je suis moins séduite par la couleur bleue, un peu trop intense, surtout utilisée avec des encres bleues.

Surligneurs Muji

La partie plus large est un peu plus compliquée à prendre en main dans la mesure où l’angle offert est assez particulier. Il est possible de jouer sur la largeur en contact avec le papier.

Surligneurs Muji

Ces différents surligneurs agissent de manière assez différentes suivant les teintes de papier sur lesquelles elles sont utilisées. Sur du papier Clairefontaine, qui met facilement en valeur les couleurs des encres, les teintes des surligneurs se feront assez foncées, sur le papier Muji par contre ou Apica l’effet est plus réussi, et les teintes sont presque pastel en comparaison (sauf le orange qui reste bien vif!).

Surligneurs Muji

Avouons que le format des surligneurs à double embout en fait un stylo qui voyagera facilement et qui prendra bien moins de place dans votre trousse/sac/carnet que les principaux surligneurs du marché.

Vous avez certainement distingué sur une des photos précédentes le porte-stylo présenté pour un ou deux stylos à la fois par Muji aussi. Je le trouve bien pratique à l’usage et l’armature un peu élastique sécurise les stylos et vieillit bien. J’en suis satisfaite et en possède désormais sur mes cahiers professionnels.

Le stylo-plume long de chez Muji

Et là vous allez me demander une autre comparaison avec une référence connue. J’ai hésité à mesurer ses qualités à celles du Faber-Castell Loom (avec aussi une section métallisée) ou avec le Pilot Metropolitan (au format qui ressemble davantage). Mais autant le décrire directement, et si vous avez envie ou besoin de comparaison, je me plierai à l’exercice.

stylo plume Muji

Avant tout, quelques données, le stylo est bien plus long que les stylos-plume traditionnels. Il est plus long que le Pilot Decimo et autant que le Visconti qui sont mes deux stylos-plume les plus longs. La ligne du stylo est relativement réussie qu’il soit fermé ou sans son capuchon, l’aspect métallisé (aluminium?) lui offre une apparence qui semble à toute épreuve, le stylo est assez fin en main, le métal est agréable en main pour la partie du capuchon et le bas du stylo. Le capuchon s’emboîte sous la partie tenue pendant l’écriture, qui elle est rainurée en forme de losanges pour empêcher les doigts de glisser sur le métal. La tête du capuchon est strictement la copie du bout du stylo, avec des lignes très épurées et pas du tout arrondies. Le stylo reste léger en main malgré son apparence robuste et rien ne donne à penser que le stylo coûte moins qu’une quinzaine d’euros.

stylo plume Muji

La plume est en acier aussi, elle est relativement travaillée et semble être d’origine allemande. Elle offre une certaine souplesse pour une plume de ce genre (bien plus que celle de mon Pelikan qui est aussi en acier). Il semblerait que ce soit une plume M malgré le F indiqué sur la plume.

La cartouche noire fournie possède une encre assez intense qui offre un joli contraste. Il s’agit d’une cartouche universelle, facile donc à remplacer pour les étudiants et leurs parents.

stylo plume Muji

Finalement, je trouve la qualité de cette plume très honnête, la ligne du stylo est réussie ainsi que sa solidité, la largeur fine du stylo me convient bien et le poids léger ne pèse pas à l’écriture. Par contre, je suis moins fan de l’endroit où l’on pose les doigts, un peu rugueux du fait des losanges. Je trouve qu’à l’usage cela devient un peu râpeux.

Pour information, il est facile de se procurer des produits Muji en ligne, ou en boutique si vous avez la chance d’en avoir une à proximité. Pour les sites en ligne vous pouvez aller sur celui de la marque, sur des plateformes générales (comme celui du nom d’une femme guerrière), etc… N’hésitez pas à poser des questions sur les produits présentés, j’y répondrai avec plaisir.

Laisser un commentaire